Le décrochage scolaire

Dans la pensée collective, les élèves en décrochage scolaire sont souvent considérés comme des jeunes sans motivation qui rejettent l’école. Mais pour la plupart d’entre eux, ce décrochage engendre des conséquences dans leur vie et pour leur avenir. Malgré la baisse observée,  on constate depuis quelques années, un nombre important d’élèves décrocheurs.

Comment prévenir le décrochage scolaire ? - La Croix

Le décrochage scolaire, c’est quoi ? 

On appelle « décrocheurs » des élèves ayant quittés leur parcours scolaire, volontairement ou non, sans avoir obtenu  diplôme.

Qu’est-qui fait que des élèves perdent leur envie d’apprendre? Il ne s’agit pas d’une seule raison en jeu, les causes sont nombreuses et variées, et aucun décrocheurs n’a le même profil.

Si le décrochage scolaire se fait progressivement par un absentéisme devenant de plus en plus fréquent, il ne faut pas confondre les deux. En effet, l’absentéisme n’est pas, à proprement parlé, la cause même du décrochage. Les principales raisons qui poussent les élèves à quitter le système scolaire sans décrocher de diplôme sont à la fois des raisons externes et internes à l’école. 

⇒ FACTEURS INTERNES À L’ÉCOLE : Une orientation subie et non choisie; absence d’aide en cas de difficultés; climat scolaire difficile; exclusions trop fréquentes; désintérêt et ennui vis-à-vis des contenus (programmes) proposés…

⇒ FACTEURS EXTERNES À L’ÉCOLE : Situation familiale difficile; école considérée comme peu importante dans le milieu familial; décrochage cognitif; dévalorisation du diplôme perçu comme inutile à trouver un emploi; phobie scolaire; handicap, santé fragile ou troubles comportementaux…

Et les conséquences ?

Forcément, décrocher du système scolaire a des conséquences importantes sur les jeunes. Aujourd’hui, bien que ce ne soit pas une nécessité absolue, la plupart des employeurs exigent de leurs travailleurs un diplôme (par exemple : minimum baccalauréat). Les décrocheurs peuvent donc être bloqués à ce niveau-là et vite se décourager dans le monde du travail. On retrouve aussi chez un grand nombre de décrocheurs des conséquences psychologiques : perte de motivation, manque d’estime de soi et de confiance en soi mais aussi une qualité de vie en baisse. 

Selon des données de l’INSEE , les jeunes sans diplôme se trouvent plus souvent au chômage, notamment de longue durée, occupent plus souvent des emplois précaires et présentent un état de santé dégradé (En 2018, 5 % de chômeurs sont détenteurs d’un diplôme supérieur à bac + 2, contre 16,2 % chez les non-diplômés.)

Attention, le décrochage n’est pas un phénomène homogène et uniforme! Il faut prendre en compte que chaque parcours est différent.  

Quelles sont les remédiations possible  ? 

La remédiation, ça commence tout d’abord par la prévention! 

Le décrochage n’est pas une fatalité. Dès 2013, la loi pour la refondation de l’École de la République a mis l’accent sur la lutte contre le décrochage scolaire. Le plan d’actions « Tous mobilisés pour vaincre le décrochage «  (21 novembre 2014)  obtient des résultats grâce à la mobilisation de toute la communauté éducative, des chercheurs, des autres ministères, des collectivités, des associations, etc. 

La Semaine Nationale de la Persévérance Scolaire, qui fait partie de ce plan d’action, permet à toutes les académies françaises de sensibiliser et mobiliser les acteurs éducatifs et les partenaires à la prévention contre le décrochage scolaire.

Des dispositifs (plans d’actions individualisés ou collectifs, programmes personnalisés, aides…) sont adoptés par des organismes et des associations pour lutter contre le décrochage scolaire. Par exemple dans les établissements des PPRE* sont régulièrement mis en place pour les élèves qui rencontrent des difficultés et n’arrivent pas à acquérir le niveau suffisant du socle commun de connaissances et de compétences. 

Une plateforme «  Reviens te former «  est mise en place et permet aux jeunes, entre 16 et 25 ans, sortis du système scolaire, diplômés ou non, de reprendre une formation suivie par des conseillers. 

La MLDS** et le GPDS*** sont deux dispositifs mis en place dans les lycées qui permettent aux jeunes de plus de 16 ans, déjà déscolarisés ou en voie de déscolarisation, de se remobiliser dans une dynamique de formation par un accompagnement individualisé.  La MLDS fait partie du réseau FoQUalE. 

FoQualE**** : Ce réseau mis en place par l’éducation nationale permet de mettre en œuvre le droit au retour en formation initiale et le droit au maintien dans l’établissement d’origine du décrocheur. Elle met ainsi en place plusieurs actions visant à la prévention et à la remédiations (Préparation du retour en classe, parcours personnalisés, formations : service civique, stages…, ou encore accueil dans des structures adaptées).

 


* PPRE Programme Personnalisé de Réussite Éducative

**MLDS : Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire

*** GPDS : Groupe de Prévention au Décrochage  Scolaire

**** FoQualE : Formation Qualification Emploi


⇒ Ecoutez l’interview de Capucine, 16 ans, décrocheuse scolaire.  


Pour plus d’informations  :

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.