Les outils numériques à l’école : Vecteur de motivation ?

Selon l’étude Pisa (Programme for International Assessment) de 2015, il n’existe pas de lien établi entre les performances des enfants et le taux d’équipement numérique de leurs salles de classe. Si les outils numériques ne sont pas prédicteurs des performances des élèves, sont-ils des vecteurs de leur motivation ? Les élèves sont indubitablement attirés par les écrans. Cet intérêt peut apparaitre comme une forme de motivation mais dure-t-elle dans le temps et quels sont ses effets sur les apprentissages ?

En même temps l’étude Pisa de 2015 montre que l’usage du numérique favorisé par un équipement complet (ordinateurs, vidéoprojecteurs, tablettes, salle informatique) est une des raisons majeures de la réussite des élèves (http://cache.media.education.gouv.fr/file/12_-_Decembre/06/7/2016_DP-PISA_2015_679067.pdf)

L’attractivité des outils numériques pour les enfants peut être perçue comme le  rejet des méthodes d’apprentissage traditionnelles. Cependant les jeux numériques peuvent constituer une ressource pédagogique riche et motivante. Notamment cet outil pédagogique permet aux élèves d’expérimenter et d’avoir une attitude active face aux apprentissages. Source de plaisir, et donc de motivation, il leur permet de travailler en autonomie. La manipulation tactile en tant qu’une des activités d’apprentissage représente un outil innovant ayant été très vite intégré dans les pratiques de classe. L’intégration des outils numériques à l’école contribue à instaurer une égalité des chances face aux technologies, et donc augmente la motivation des élèves, la confiance en soi, les incite à apprendre, facilite le travail collaboratif, améliore  les résultats  scolaires  et  permet de  lutter contre l’échec scolaire. On peut alors se demander si la motivation, perçue initialement grâce à l’effet de nouveauté, perdure dans le temps? Les études montrent que l’engagement dans le temps est lié aux obstacles rencontrés et que le sentiment d’auto efficacité s’avère limité. 

Si  l’on considère à priori qu’un élève motivé apprend mieux, alors on peut  penser que les moyens numériques facilitent l’apprentissage. Mais dire cela c’est faire un raccourci dangereux. En effet, la motivation pour l’apprentissage scolaire est d’abord et avant tout une question de sens. La  pensée « zapping » trop rapide et superficielle que peut entrainer l’usage du numérique appauvrirait la mémoire et les capacités de synthèse personnelle et donc ne permettrait en rien de donner du sens aux apprentissages. De  plus les effets négatifs d’une pratique excessive des écrans créent des manques d’activités physiques et sociales réelles, de sommeil, voire risques accrus de troubles de la vision plus tard. Ces troubles sont en contradiction totale et vont à l’encontre d’un meilleur apprentissage.

D’après cette analyse, nous pouvons constater que le numérique peut accroitre la motivation de certains élèves et les aider à progresser. Cet outil peut se révéler très pertinent  dans tous les domaines enseignés. Cependant, il faut savoir le manier avec finesse pour ne pas créer une dépendance chez les enfants, qui sont déjà très exposés aux dangers de l’écran dans leur sphère privée.

Ex M1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.