Quand les enfants de familles itinérantes et de voyageurs vont à l’école

Résultat de recherche d'images pour "camper drawing vintage"

En France, le principe de scolarisation obligatoire garantit à chaque élève les moyens nécessaires à l’acquisition d’un socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Mais qu’en est-il pour les familles dont le mode de vie itinérant ne permet pas de scolariser leurs enfants dans un établissement sur le long terme ? Comment s’organise alors l’accès à l’instruction pour ces élèves ? Voici une enquête exclusive réalisée par Marie Le Hoangan, Hugo Renoux et Hortense Miaux.

Le premier reportage de notre enquête s’interroge sur le suivi de la scolarisation des élèves issus de familles itinérantes dans les différentes écoles

Pour les élèves issus de familles itinérantes, les déplacements ne favorisent pas la continuité scolaire et les apprentissages. Pourtant, quelle que soit leur nationalité, ces enfants sont sur le territoire national, et donc soumis à l’obligation d’instruction et d’assiduité scolaire.

Pour favoriser et accompagner la scolarisation de ces élèves, la CASNAV entre en jeu. (Centre académique pour la scolarisation des élèves allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs). Une par académie, les CASNAV apportent leurs conseils et leur expertise pédagogique aux différents acteurs concernés par la scolarisation de ces élèves, elles représentent un centre de ressources pour les équipes éducatives et les établissements scolaires.

En cliquant ici, retrouvez les informations nécessaires de la CASNAV de l’Académie de Rennes

Pour ces élèves au profil particulier, en Primaire, l’inscription s’effectue auprès de la mairie de la commune de résidence. L’élève est ensuite admis dans l’école indiquée par la mairie. L’élève, s’il est voyageur, présente son livret de suivi scolaire. Autre que le côté administratif (quelles sont les écoles qui accueille l’enfant), ce livret permet un suivi des apprentissages de l’élève.

Extrait d’un livret de suivi EFIV (Académie de Limoges)

Dans le but d’une scolarisation continue, au niveau secondaire, l’affectation dans un établissement est prononcée par la direction des services départementaux de l’éducation nationale (DSDEN). L’inscription dans l’établissement peut alors avoir lieu, dans une classe correspondant au niveau et à l’âge de l’élève.

Scolariser son enfant n’est pas un acte anodin pour ces parents pour qui l’école peut représenter un environnement déstabilisant pour leurs enfants. Dans cette vidéo, on retrouve quelques témoignages de parents au sujet de la scolarisation de leur enfant en maternelle:

https://www.dailymotion.com/video/x57bxcb

Du côté des enseignants, quelles pratiques spécifiques et modalités mettre en oeuvre dans la classe pour accueillir au mieux ces élèves ?

Les enfants du voyage accumulent souvent du retard dans leurs apprentissages et il n’est pas aisé de les faire progresser pendant la période où ils sont scolarisés dans une école. Nous avons rencontré une enseignante qui a accepté de répondre à nos questions.

Bonjour, depuis combien de temps accueillez vous dans votre classe des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs?

Bonjour, cela fait maintenant 10 ans que nous accueillons des enfants issus de familles itinérantes ou de voyageurs dans l’école.

Est-ce que les parents appréhendent de laisser leurs enfants à l’école ou se sentent-ils rapidement en confiance?

L’intégration des parents à l’environnement de l’école est primordial pour mettre en confiance l’ensemble de la famille. Les parents sont souvent très respectueux de cet environnement mais peinent à y trouver une place, ou encore gardent un mauvais souvenir de leurs expériences personnelles.

Accueillez vous beaucoup d’élèves allophones dans votre classe? Quelles méthodes spécifiques mettez-vous en place pour leurs apprentissages?

Les élèves que nous accueillons ont des niveaux très hétérogènes, et c’est cette hétérogénéité qui est la plus compliquée à gérer: certains élèves sont habitués à l’environnement de l’école, et d’autres non, certains élèves ne lisent pas du tout, d’autres arrivent à décoder mais sans comprendre. Souvent, je ne peux pas travailler avec les fichiers de travail habituels, et je trouve d’autres supports ou documents plus adaptés au niveau des élèves en question. Il est souvent nécessaire de beaucoup travailler la motricité fine et l’écriture, car généralement ces élèves ne sont pas allés en école maternelle et ils ne maîtrisent que très peu le geste graphique. Il est important également de ne pas multiplier les supports sur lesquels ils travaillent, pour ne pas les noyer dans leurs apprentissages. On pourra envisager de rassembler tous leurs travaux dans un seul cahier, surtout s’ils ne restent pas longtemps dans l’école.

Et lorsque ces élèves ne sont pas scolarisés dans une école, quelles pratiques les familles peuvent mettre en place, avec quels organismes ?

Nous avons pu rencontrer Claire, qui travaille pour le CNED, et qui va nous aider à y voir plus clair sur cet organisme: « Bonjour, dans le cadre de la scolarisation obligatoire, l’inclusion en classe ordinaire reste l’objectif prioritaire pour tous les élèves. Si cela n’est pas possible, la scolarisation peut prendre d’autres formes. Dans le cas de déplacements fréquents, le principe d’instruction obligatoire des élèves peut être assuré par les parents ou toute personne de leur choix, ou bien par le centre national d’enseignement à distance (CNED), un opérateur public de l’enseignement à distance. L’objectif est de favoriser une continuité scolaire pour les enfants.

Résultat de recherche d'images pour "cned"

L’inscription au CNED comprend: l’ensemble des cours et supports audio de toutes les matières de la classe choisie, l’ensemble des devoirs à renvoyer, l’accès à des ressources en ligne (un espace pour les enfants, un espace pour les parents), et la possibilité de joindre un professeur des écoles par téléphone et par courrier électronique.

Dans un contexte où la famille réside en France, si elle dispose de l’autorisation d’un DA-SEN, elle peut inscrire son enfant au CNED. Il disposera d’un certificat de scolarité, et d’un avis d’orientation en fin d’année.La famille obtiendra la gratuité pour cette inscription. Les élèves bénéficieront d’un accompagnement ponctuel et d’un suivi pédagogique dans les établissements du réseau d’écoles et de collèges de référence. L’élève pourra ainsi, si la situation le permet, bénéficier d’une double inscription au CNED et dans un établissement de son secteur de référence, ce qui sera bénéfique pour leur suivi. Cette double inscription pourra se poursuivre lors de l’entrée au collège de l’élève.

Dans la situation où la famille n’obtient pas l’accord du DA-SEN, l’enfant bénéficie des mêmes prestations, mais il n’a pas de certificat de scolarité. Il pourra quand même obtenir une attestation de suivi de formation. »

Clique ici pour en apprendre plus sur le CNED.

 

Ex M1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.