La roue des sens

Dans le cadre de nos études nous avons eu l’occasion d’imaginer et de créer un objet scientifique permettant d’introduire la notion des 5 sens à l’école primaire – et plus précisément en cycle 2 dans une classe de CP. Nous souhaitions amener cette connaissance sous une forme ludique et amusante. C’est pourquoi, après plusieurs recherches et discussions nous avons opté pour la réalisation d’un serious game. Celui-ci est composé de deux outils différents : la « roue des sens » accompagnée de son jeu de cartes. Pour construire cette fameuse roue des sens, nous avons utilisé des objets de récupération, disponibles dans la plupart des foyers. A cette roue s’ajoute donc un jeu de cartes dans lequel on trouvera différentes catégories de questions. Certaines seront sous la forme d’un « VRAI ou FAUX » afin de rappeler les notions importantes de la séquence sur les cinq sens, et d’autres qui implique un peu plus de réflexion de la part des enfants puisqu’elles seront sous forme de questions ouvertes, d’actions à réaliser ou bien d’énigmes. De plus, pour faire évoluer notre objet technique ce semestre, nous avons rajouté une section “mixte” aux cartes, afin de proposer des VRAI/FAUX, des questions et des énigmes plus ouvertes, sans indication de sens, voire même certaines qui mélangent plusieurs sens. Ainsi, les enfants pourront découvrir de nouvelles questions tout en se challengeant un peu plus.
[Voir photos et vidéos de la roue et des cartes en bas de la page]

Cette roue à connu plusieurs versions : avec un maintien vertical puis horizontal, une roue en forme de croix puis de rond, etc. ; pour finalement terminer avec une roue sous forme de disque déposée sur son socle pour que la roue puisse être visible verticalement et ainsi être plus maniable pour les enfants. L’objet suit ainsi une trajectoire rotationnelle et tourne sur le socle auquel il est attaché.

Pour ce qui est des cartes, à l’origine, nous étions parties sur un système de cartes colorées, une couleur par sens, avant de nous rendre compte que la lecture de celle-ci pourrait être difficile pour certains élèves : écriture moins visible, problèmes de reconnaissance du texte etc. Nous avons finalement décidé d’écrire simplement le nom des sens au dos de chaque carte. Et ainsi former 5 groupements de cartes, un par sens. Ainsi, les cartes sont liées à la roue dans le sens où, lorsque la roue s’arrête on va piocher une carte associée au sens sur laquelle celle-ci s’est arrêtée. Lors de la création des cartes, nous nous sommes beaucoup interrogées sur l’effet qu’elles pourraient avoir sur les enfants : trop faciles, adaptées ou trop difficiles. Nous avons finalement décidé d’opter pour les trois catégories pour permettre à tous les enfants de jouer, peu importe leurs connaissances dans le domaine. Ainsi, les élèves qui ont le plus de difficultés pourront tout de même répondre à certaines questions, de même que les élèves maîtrisant le sujet pourraient être confrontés à la réflexion et au challenge. Cette différenciation de question est intéressante puisqu’elle permet d’effectuer une évaluation diagnostique afin d’évaluer la représentation de départ des élèves et recueillir les diverses représentations qu’ils se font.  

Ce serious game est donc plutôt facile à utiliser : il faut faire tourner la roue, puis, une fois arrêtée, il s’agit de regarder quel sens indique la flèche. En fonction des résultats indiqués par la roue, il faut piocher une des cartes correspondant au sens. Lecture à voix haute de celle-ci puis réalisation de l’action et/ou réponse à la question posée. Les objectifs de cet objet technique sont de permettre aux enfants de reconnaître le sens grâce à la couleur de son écriture et de l’associer à la bonne typographie, de pouvoir différencier les cinq sens, de faire travailler les capacités motrices en maîtrisant sa force pour faire tourner la roue, d’écouter et de comprendre les « règles du jeu », de travailler la lecture et la reconnaissance des mots et de réaliser les actions demandées ou de répondre aux questions posées. On est ainsi face à des notions scientifiques : mettre la roue en mouvement ; et technologiques : amener la conception et la réalisation de l’objet.

Notre objet scientifique se concentre sur le cycle 2, et plus particulièrement sur les élèves de CP. Il répond ainsi parfaitement aux attentes du socle commun de connaissances, de compétences et de culture du cycle 2. En effet, il s’inscrit dans les attentes du domaine n°1 – les langages pour penser le monde : l’enfant s’exprime à l’oral, il rentre dans la compréhension de l’écrit par la lecture des cartes et participe à la construction d’un lexique mental. Ce serious game s’inscrit également dans les attendus du domaine n°2 : les méthodes et outils pour apprendre. L’enfant va donc apprendre à coopérer avec ses pairs, à laisser les autres jouer et à attendre son tour, à respecter les règles et ne pas prendre la parole si ce n’est pas lui de répondre. 

L’effet collectif de ce jeu est un atout pour apprendre les règles de collectivité aux élèves, mais également pour les inciter à être clairs et précis dans leurs réponses. Il les amène à construire leurs pensées et leurs réponses en ouvrant le dialogue.

Au travers de cinq séances, l’enfant va être amené à construire, créer et réinventer les cinq sens. La première séance étant la situation de départ, la mise en route du projet dans laquelle ils vont être amenés à se questionner sur la notion des cinq sens. Ensuite, l’enfant se trouve face à un atelier pour partir à la découverte du sujet. La troisième séance est concentrée sur la conception d’un prototype, suivie d’une séance pour la fabrication du serious game. Enfin, la dernière séance constitue la restitution des informations travaillées pendant la séquence sous forme d’auto-évaluation.

Si l’on veut se lancer dans la construction de l’objet avec les élèves, il faut faire attention à ce que tous les outils utilisés soient facile d’accès, à ce que l’objet ne soit pas dangereux, réparable aisément et à ce qu’il soit adapté à tous types d’utilisateurs. 

En effet, l’objectif de cette roue des sens est de pouvoir l’utiliser dans le cadre du serious game. Si celle-ci est trop difficile à construire, elle ne donnera pas l’envie aux enfants de le faire. Ainsi, utiliser des matériaux disponibles facilement et dont l’accès est illimité est un point essentiel, surtout si l’on souhaite en fabriquer une par groupe voire une par élève en cette période. Pour la fabrication de notre roue, nous avons utilisé  des objets de récupération, disponible dans la plupart des foyers : une boite en carton provenant d’un fromage alimentaire, une épingle (couverte par un bouchon de liège pour éviter tout accident), une feuille que nous avons découpée pour former un disque et sur laquelle nous avons marqué les cinq sens travaillés avec les enfants, de cinq couleurs différentes. Enfin, pour permettre d’identifier le sens sur laquelle la roue s’arrête à chaque rotation, nous avons dessiné une flèche sur son socle. Tout ceci permet donc d’utiliser du matériel recyclé, recyclable, facilement changeable si une pièce vient à casser et permet à l’enfant de le reproduire à l’école ou chez lui sans coût. 

Enfin, il faut prêter attention aux questions que l’on souhaite poser aux élèves afin de ne pas les mettre en difficultés ni, qu’au contraire, ils aient trop de facilité à répondre. Il est donc important de proposer des questions accessibles à tous, même aux élèves qui sont le plus en difficulté, et également certaines qui soulèvent des interrogations et des réflexions chez les élèves qui ont le plus de connaissances sur le sujet. Par ailleurs, il convient d’adapter ces interrogations au cycle des élèves avec lesquels on travaille et donc de s’intéresser à ce qui est dit dans les programmes. 

Média sur les cartes de jeu :

Médias sur la roue des sens : 

 

 

Célia Rnc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.