La pyramide de Maslow, base de la motivation scolaire ?

Qu’est-ce que la motivation ? Peut-elle affecter le climat de classe ? Comment s’explique-t-elle ? Et surtout, comment motiver les élèves ? Cet article tente de répondre à ces questions en s’appuyant sur la théorie de la motivation (la pyramide de Maslow) développée par Abraham Maslow.

La motivation, qu’est-ce que c’est ? 

D’après le Larousse, la motivation c’est l’ensemble des « raisons, intérêts, éléments qui poussent quelqu’un dans son action ».

Dans le cartoon Bip Bip et Coyote, Bip Bip est un oiseau très rapide qui passe son temps à sillonner les paysages désertiques tandis que Vil Coyote tente de l’attraper en construisant des pièges. Ici, la situation est plutôt simple, Coyote trouve sa motivation dans cette traque car son souhait est de manger Bip Bip. Il est donc motivé par la faim.

 

Un autre exemple moins évident ? Le juge Claude Frollo dans Le bossu de Notre-Dame des studios Disney.

Au début du film, Frollo songe d’abord à se débarrasser de Quasimodo lorsqu’il est encore bébé puis se ravise. Il finit par l’élever à l’abri des regards pour ne pas commettre de crime qui entacherait son âme. La motivation de Frollo n’a donc rien à voir avec Quasimodo mais plutôt avec ses convictions religieuses. Ainsi, nous avons là deux situations où les personnages trouvent leur motivation à tendre des pièges pour l’un et à élever un enfant pour l’autre dans un but précis, dans l’objectif de recevoir une récompense.

Lorsque nous agissons, comme ces personnages animés, parce qu’un élément externe vient nous stimuler, on parle de motivation extrinsèque. Nous trouvons notre motivation dans des facteurs extérieurs qui peuvent nous « forcer » à agir. Nous allons faire quelque chose dans l’objectif d’acquérir un diplôme, de devenir riche ou d’avoir une meilleure condition physique par exemple.

Les élèves ayant une motivation extrinsèque sont animés par la volonté des parents de les voir réussir ou encore par des pressions extérieures comme la peur de ne pas avoir de travail plus tard.

A l’inverse, lorsque l’on trouve la motivation de faire quelque chose car cela nous fait plaisir ou nous intéresse réellement, alors nous appelons ça la motivation intrinsèque.

Encore un exemple ? Le personnage de Forrest Gump tout au long du film éponyme est motivé presque uniquement par une motivation intrinsèque.


En effet, lorsque Forrest se met à courir pendant trois ans, il ne le fait pas dans un objectif qui impliquerait une récompense. Les journalistes veulent pourtant y voir une raison précise qui conviendrait à leurs lecteurs.

Les élèves qui ont une motivation intrinsèque participent au cours car ils ont envie d’apprendre et pas parce qu’ils y sont obligés par l’enseignant ou les parents. Ils sont intéressés et ont une véritable curiosité vis-à-vis des apprentissages dispensés.

Plusieurs modèles ont été établis afin d’augmenter la motivation intrinsèque des élèves. La pyramide de Maslow est l’un d’entre eux.

La pyramide de Maslow : une théorie support de la motivation 

La pyramide des besoins est une représentation pyramidale de la hiérarchie des besoins. C’est une théorie de la motivation développée par Abraham Maslow dans les années 1940.

Les 5 besoins de Maslow

Comme le définit la pyramide, chaque besoin doit être rempli avant de prétendre au suivant. Au bas de la pyramide se trouvent les besoins physiologiques (manger, dormir, etc.) et les besoins de sécurité (confort, tranquillité, etc.). On retrouve ensuite les besoins d’appartenance (fraternité, solidarité et convivialité) et d’estime (être reconnu). Au sommet, se trouve le besoin de s’accomplir (réalisation de soi) qui engage le plus manifestement la motivation scolaire. La motivation serait suscitée par le désir de satisfaire ces différents besoins.

L’approche de cet article est volontairement structurée en fonction des besoins des élèves, identifiés en référence à la pyramide de Maslow, puis aux leviers qu’ont les enseignants pour répondre à ces besoins.

1. Besoins physiologiques

Les besoins physiologiques peuvent être compris par les besoins “de base”, identiques à tous : se nourrir, se reposer, se laver, etc. A priori, un enseignant n’a pas la main sur ces leviers. Dans les faits, il existe des détails auxquels il peut faire attention, par exemple : l’élève est-il fatigué ? Porte-t-il les mêmes vêtements plusieurs jours d’affilée ? Mange-t-il trop de sucreries pendant les récréations ?

Selon la redondance et la gravité des détails relevés, l’enseignant a plusieurs actions possibles : envisager avec les personnes ressources l’action envers la famille et les partenaires extérieurs, penser à la disposition de la classe, aborder quand c’est possible la thématique dans les disciplines enseignées, éduquer à une bonne hygiène de vie, etc.

Dans tous les cas, il doit communiquer avec la famille de l’élève, les enseignants, le directeur et éventuellement de médecin scolaire et l’assistante sociale.

2. Besoin de sécurité 

Oublis d’affaires, recherche récurrente de contact avec l’adulte, isolement dans la classe, dans la cour, victimisation ou agressivité, discrétion excessive, absentéisme, retard… Sont autant de manifestations qui font allusion à la sécurité des élèves.

Le besoin de sécurité, c’est le fait que tout individu doit se protéger des dangers : sécurité physique,  santé, etc. Il est autant question de la sécurité physique que morale.

L’enseignant doit être attentif : l’élève a-t-il régulièrement son matériel ? Quels rapports avec ses pairs en classe, en récréation ? Est-il souvent absent ? Etc. Puis, l’enseignant peut mettre en place des actions pour l’aider à se sentir mieux, par exemple : aider l’élève à s’organiser (matériel, devoirs, etc.), organiser un tutorat entre élèves, partager des moments de vie commune pour créer une histoire commune, mener des actions de socialisation en début d’année et autant que de besoin, utiliser l’heure de vie de classe, etc.

L’enseignant peut s’entourer de personne compétentes : médecin scolaire Infirmière, assistante sociale Parents, professeurs Encadrement, direction, Atsem, personnels périscolaire RASED, Conseillers pédagogiques.

3. Besoin d’appartenance

Être élève, c’est nécessairement appartenir à un groupe social. Rappelez-vous de vos souvenirs d’école, et de l’importance que vous portiez à l’annonce des listes de classe le jour de la rentrée. Cette importance n’est pas anodine, puisqu’en effet le besoin d’appartenance a sa part d’importance dans le bien-être des élèves. Quelle déception cela a pu être d’être séparé de son super copain avec lequel on était depuis le CP ! 

Heureusement, les enseignants ont la possibilité de créer un esprit de communion entre les élèves pour que chacun puisse prendre place dans le groupe classe. Les enseignants peuvent par exemple rapidement instaurer les travaux de groupe dans leur classe pour permettre aux enfants de s’écouter les uns et les autres et aussi à se faire entendre. En groupe, les élèves ont davantage envie de montrer en quoi ils sont nécessaires au travail et ont aussi la possibilité de s’appuyer sur les autres et donc de créer de la solidarité et de l’entraide. Le besoin d’appartenance peut aussi se faire sentir grâce à son individualité par exemple. Lorsque les enseignants responsabilisent les enfants, ces derniers se sentent alors importants au sein de la classe. Le responsable de la distribution des cahiers du jour est indispensable à la mise au travail, le responsable de la propreté est indispensable au bon environnement de la classe, les chefs de rang sont indispensables au déplacement des élèves, etc. Il est donc  primordial que les enseignants offrent aux élèves l’occasion d’avoir de l’importance en tant qu’élève au sein d’un groupe. Les enfants qui n’échangent pas avec les autres ou les élèves qui prennent trop de place dans la classe n’ont pas les mêmes besoins d’appartenance ou ne les sollicite pas de la même manière. Les interactions sociales et le comportement des élèves au sein de la classe doivent donc être minutieusement observés pour réussir à répondre aux besoins d’appartenance des élèves. 

4. Besoin d’estime

Le besoin d’appartenance pousse donc à se confronter à d’autres enfants. D’autres enfants vous font parfois sentir au-dessus ou en dessous d’eux. Ne vous souvenez-vous pas de Julie, la jolie camarade qui réussissait tout ?

L’enfant, tout comme l’adulte, doit avoir une bonne estime de lui pour avancer favorablement dans la vie. Pour que les apprentissages soient optimaux et que la motivation reste constante, l’élève doit pouvoir s’estimer convenablement. Bien sûr, l’estime que l’on se fait de nous-même dépend de l’estime externe (ce qu’on est par les autres, les opinions que les autres portent sur nous…) mais aussi de l’estime interne.

L’estime interne

À l’école, l’enfant est constamment entouré d’autres enfants appartenant au même stade opératoire que lui. L’enfant pourrait être amené à se comparer à ses camarades (que ce soit dans les matières scolaires, dans les prouesses sportives mais aussi d’un point de vue social ou économique) et entraver l’estime qu’il a de lui.

Avoir une bonne estime de soi, c’est avant tout croire en ses capacités de réussir, avoir confiance en soi et se respecter. L’enfant mesure son estime en fonction de la conscience qu’il a de sa valeur personnelle. Ainsi, l’estime de l’enfant sera juste lorsqu’il aura une vision réaliste de lui-même et qu’il comprendra qu’il a de la valeur même s’il peut commettre des erreurs ou qu’il est différent de ses camarades. Le comportement de l’enfant découle de sa perception de lui-même.  

L’estime externe

Bien évidemment, l’estime d’un élève peut être modifiée (positivement ou négativement) par ce qu’il peut entendre ou voir autour de lui. C’est pour cela que, nous enseignants, nous devons mettre en place des alternatives pour stimuler au mieux l’estime de chaque élève.

5. Besoin de s’accomplir et de s’épanouir 

Pour répondre à ce besoin essentiel à la motivation, il est primordial de donner l’occasion aux élèves de réaliser une tâche qu’ils sont  capables de réaliser seuls. Pour cela, l’enseignant doit prendre soin de varier les supports pédagogiques. Certains élèves en français seront par exemple plus à l’écrit qu’à l’oral. 

Une multitude d’occasions peuvent permettre aux élèves de s’épanouir à l’école. Cela peut se faire en dehors de la classe dans les clubs sportifs et culturels de l’établissement dans lesquels les élèves peuvent prendre des décisions ou agir en agissant de manière autonome. Au sein de la classe, l’affichage des travaux permet  la valorisation des élèves. Donner au maximum la parole aux élèves pour exprimer leurs rôles, leurs valeurs et leurs centres d’intérêts est l’occasion pour eux de manifester leur plénitude à propos d’un sujet.  Les arts plastiques cultivent aussi la créativité des élèves et permettent à chacun de s’accomplir par ses aptitudes personnelles. 

En définitive, le but pour l’enseignant est que les élèves  soient compétents dans ce qu’ils entreprennent à l’école.

Les limites de la théorie de Maslow

Bien que cet article soit fondé sur la théorie de la pyramide de Maslow on peut y apporter quelques limites. Les besoins de la pyramide de Maslow sont hiérarchisés. Toutefois cette hiérarchie n’est pas applicable à tous. Il faudrait prendre en compte le mode de vie, la culture et le niveau social d’un individu. On ne tient pas non plus compte des besoins d’un individu en fonction de sa personnalité. On peut aussi reprocher à Maslow de ne pas avoir soutenu sa théorie par des données scientifiques et de ne l’avoir fondée que sur des hypothèses. Des recherches scientifiques récentes en neurologie ont montré que les besoins d’appartenance et de reconnaissance se trouvent plutôt à tous les étages de la pyramide. Il ne s’agirait donc plus de gravir des niveaux mais il s’agirait de nécessités transversales.

Finalement, la pyramide de Maslow peut s’appliquer à tous les domaines … Même le marketing a repris cette théorie ! A l’école, s’appuyer sur les besoins détaillés par Abraham Maslow permet de développer l’autonomie et la motivation des élèves puis favorise le climat de classe.

Maslow et pédagogie Via La pyramide des besoins de Maslow … | Flickr

La vidéo ci-après résume le lien entre les besoins de la pyramide et le climat de classe et les actions ou leviers que l’enseignant peut actionner.

Il existe bien évidemment d’autres théories, par exemple : la théorie du sentiment d’efficacité personnel développée par Bandura. L’idée générale ? L’importance de la confiance en soi pour mener à bien une activité. Cette théorie est détaillée dans la vidéo ci-après.

 

Toutes les images utilisées dans cet article sont des images libres de droit.

Sources utilisées dans cet article :

  • AHEHEHINNOU Patrice Cyrille, 2019, Les différents types de motivation selon la théorie de l’autodétermination, Centre de Transfert Pour la Réussite au Quebec, http://rire.ctreq.qc.ca/2019/01/les-differents-types-de-motivation-selon-la-theorie-de-lautodetermination/
  • Dossier thématique élaboré par le Département de la Recherche, du Développement, de l’Innovation et de l’Expérimentation (DRDIE), Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO), 2016, La Persévérance scolaire dans le premier degré. 
  • GOUDET Stephane, 2019, La pyramide de Maslow pour les élèves : de quoi ont-ils besoin pour s’épanouir?, Académie de Dijon. http://cpe.ac-dijon.fr/spip.php?article1160
  • MadameMarieEve, 2010, La pyramide des besoins de Maslow d’un point de vue pédagogique, Blog de MadameMarieEve, https://madamemarieeve.wordpress.com/2010/12/12/la-pyramide-des-besoins-de-maslow-vue-dun-point-de-vue-pedagogique/
  • PROT Brigitte, 2013, Réveiller le désir d’apprendre, Techno sans frontières, N°87
  • RIEDER Christophe, 2015, La pyramide des besoins de Maslow dans les apprentissages, Better study Swiss Online Education, https://blog.betterstudy.ch/pyramide-besoins-maslow-formation-professionnelle-education.
  • VIAU Rolland, 2000, Des conditions à respecter pour susciter la motivation des élèves, Correspondance, Volume 5 N°3.

camille.claret

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.