Les visites virtuelles

Article de blog : Visite virtuelle VS visite réelle

Plonger dans le virtuel, comme dans le réel

En ces temps troublés par la pandémie du coronavirus (COVID-19) le gouvernement a imposé un confinement partiel pour désengorger les hôpitaux. Les établissements scolaires ont alors fermé leurs portes avec un seul mot d’ordre, garantir la continuité pédagogique. Mais qu’en est-il des sorties scolaires ? Elles ont bien évidemment été annulées. Cependant l’accès à une culture commune à travers des espaces patrimoniaux reste un objectif que l’école doit garantir à tous ses élèves. Les enseignants peuvent alors mettre en place des visites virtuelles. Bon nombre de musées ont de plus offert l’accès gratuit à ces visites pour la période de confinement.

Les visites virtuelles présentent de nombreux avantages

La facilité de l’organisation

L’argument principal est l’efficience des sorties. En premier lieu les moyens financiers déployés par l’école pour effectuer une visite virtuelle représentent une économie importante. De plus, les visites virtuelles sont simples à mettre en place. Il n’y a pas d’annulation et elles ne nécessitent qu’une connexion au serveur. Elles réduisent considérablement la logistique à mettre en œuvre et les risques qui l’accompagnent (blessures d’un élève, surveillance). Ainsi, l’enseignant se libère des procédures administratives (autorisations de sorties, PAI, accompagnateurs, réservation de la visite, des transports). De plus les temps d’attente et de transport empiètent sur le temps pédagogique. 

Un aménagement différent pendant les visites

Du point de vue pédagogique, l’enseignant possède une plus grande marge de manœuvre. Il peut séquencer la visite et respecter davantage le temps d’attention des élèves, s’appuyer sur des outils présents en classe, de même que les élèves. Il peut adapter le rythme de la visite au rythme des élèves. Ils ne sont pas perturbés par d’autres groupes de visiteurs. Il peut revenir en arrière pour mettre en relation plusieurs œuvres ou objets remarquables. L’enseignant peut basculer d’une visite à une autre et comparer différents lieux. Il devra pour cela mettre en œuvre une organisation lui permettant d’intervenir auprès des élèves en vérifiant leur activité sur tablette. La constitution de différents ateliers peut permettre d’avoir moins d’outils numériques que d’élèves et d’éviter ainsi une projection en groupe classe qui limiterait la recherche et la manipulation des élèves et se rapprocherait d’un transmission frontale, peut efficiente en terme d’apprentissage.

Des visites variées et accessibles à tous

La variété de visites dans le monde permet de sortir des limites de la classe. Cette visite peut s’inclure dans un apprentissage des outils numériques au sein d’un projet de visite virtuelle de son école pour les portes ouvertes. Au niveau de l’implication des élèves et dans le cadre d’une motivation continuée (l’élève poursuit sa tâche en dehors des temps scolaires) les élèves pourraient, à condition que la visite soit gratuite, la refaire chez eux et dans un monde idéal, la présenter à leur famille.

Une ouverture sur le monde

Les visites virtuelles nous emmènent dans différents musées, galeries et jardins pouvant nous projeter de notre canapé à d’autres pays par de simples clics. Mais ce que le numérique peut offrir aux élèves, c’est aussi la curiosité de vouloir explorer le monde et de partir à l’aventure lors des vacances ou lorsqu’ils seront plus âgés. Ces voyages virtuels peuvent donner l’envie aux élèves de découvrir de nouveaux pays et de nouvelles cultures en se rendant sur les lieux que nous leurs avons fait découvrir via notre ordinateur.

Les limites des visites virtuelles

Des équipements numériques dans toutes les écoles

Si pour le moment, tous les lieux ne sont pas équipés de visites virtuelles et que toutes les classes ne sont pas encore suffisamment équipées en tablettes ou ordinateurs pour permettre à chaque élève de manipuler les outils numériques, nous pouvons nous demander si, à terme, les sorties virtuelles deviendront la norme.

Un manque de contact avec les lieux et les intervenants

Les visites réelles de galeries de jardins ou de musées, répondent à des objectifs différents. Ces visites nous offrent un véritable contact avec les guides et les médiateurs et nous permettent de vraiment découvrir ces lieux sans les limites de l’écran. Elles s’inscrivent dans le cadre de l’inclusion de l’école à la vie de la cité. Dans ce sens, la participation de parents accompagnateurs permet également d’inclure ceux-ci dans le dispositif éducatif. Sans oublier que les élèves apprécient depuis toujours les sorties scolaires dû à l’extérieur qui change du quotidien de la salle de classe. Ces sorties permettent un véritable contact entre le lieu et l’élève et une découverte de culture. En effet, la présentation “in situ” contextualise les œuvres ou lieux rencontrés. Ainsi, les élèves peuvent s’imprégner d’une ambiance particulière favorisant l’échange de ressenti. Les effets de tailles, de textures ou de matières y sont visibles. Ces lieux, malgré parfois un problème de distance, sont nombreux et variés et n’obligent pas les élèves à avoir une connexion numérique.

Une culture commune

L’usage de moyens de transports en commun est également un apprentissage nécessaire pour combler les inégalités entre des élèves qui jouissent de vacances avec leurs familles et ceux qui restent confinés dans leur ville. En effet, prendre le train est souvent, pour les petits et les plus grands, une aventure en soi. Ces sorties permettent également de travailler des notions de vivre ensemble appliquées à la vie réelle avec l’apprentissage et la mise en place de règles communes nécessaires à la vie en collectivité.

Pour conclure, si les sorties virtuelles possèdent des avantages pédagogiques et logistiques certains, les visites réelles répondent à des objectifs différents. Il serait bénéfiques de les concevoir en travaillant en synergie et non en opposition. Cependant, la mise à disposition gratuite des visites virtuelles de manière automatisée permettrait de faciliter l’accès à la culture et même de donner l’envie à un nouveau public de découvrir et de s’approprier ces espaces. L’acculturation profite à tous.

En attendant la réouvertures des musées et autres lieux de cultures voici quelques idées de visites virtuelles :

17  musées célèbres ouvrent leurs portes pendant le confinement 

5 jardins à visiter

Confiné en appartement ? Évadez-vous dans le jardin de Claude Monet, à Giverny

Voyagez au palais de Versailles à travers la vidéo dans la galerie des glaces


Ronan, Yasmine, Anne-Charlotte, Camille & Angéline

Ex M1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.