L’école inclusive : adaptée à nos enfants atteints de handicap ?

L’inclusion, ça vient d’où ?

  • L’école inclusive, kézako ?

Depuis une dizaine d’années, un nouveau terme est apparu dans les conversations en salle des profs: l’école inclusive. Encensée par les uns, décriée par les autres, cette manière de penser l’éducation ne laisse personne indifférent.
Mais quelle signification se cache réellement sous cette appellation ?

L’École inclusive vise à assurer une scolarisation de qualité pour tous les élèves de la maternelle au lycée par la prise en compte de leurs singularités et de leurs besoins éducatifs particuliers.

Autrement dit, l’enseignement dispensé à l’école doit prendre en compte les difficultés individuelles et les particularités de chaque élève, celui-ci doit pouvoir être scolarisé et accueilli dans l’établissement scolaire le plus proche de son domicile (établissement scolaire de référence) si il le désire. C’est donc une école qui prend en compte l’individualité des besoins des élèves. Elle s’inscrit dans l’idéal républicain d’égalité et de fraternité. Elle vise à enseigner aux futurs citoyens le vire-ensemble et la la tolérance par les faits, la mixité entre élèves BEP et élèves ordinaires entraînant des progrès et renforce l’estime de soi chez les premiers, et renforce l’acception des différences chez les seconds.

Malgré la proximité de ces 2 termes , il faut différencier « inclusion »et « intégration » :

L’intégration signifie que l’élève peut être scolarisé dans un établissement ordinaire, a condition qu’ils soit en mesure de s’adapter au cadre de la classe. L’élève intégré est bien souvent présent uniquement à temps partiel dans la classe ordinaire, avec des apprentissages différents. Il subsiste donc une différence de traitement entre les élèves.

L’inclusion signifie que tous l’élèves travaille en mixité complète avec leurs camarades sur les mêmes apprentissages (avec une différenciation éventuelle), au sein de la même classe et que c’est l’école qui s’adapte à l’individualité de chaque élève. L’école inclusive, comme son nom l’indique, favorise l’inclusion.

  • A qui s’adresse l’école inclusive ?

L’école inclusive s’adresse principalement aux enfants à besoins éducatif particuliers, c’est à dire aux élèves qui ont besoins d’un accompagnement et d’une adaptation des enseignements pour réussir à l’école. Ils appartiennent majoritairement aux catégories suivantes :

-Élèves à haut potentiel intellectuels
-Élèves allophones et élèves nouvellement arrivés en France
-Élèves atteint d’un handicap (physique, mental ou sensoriel)
-Élèves en difficulté scolaire
-Élèves présentant des troubles de l’apprentissage (dyslexie, dyspraxie, dyscalculie….)

Toutefois, on peut dire sans faire de contresens que tous les élèves sont concernés par l’inclusion, car ils la vivent au quotidien dans les classes et qu’ ils en sont tous acteurs.

  • Que disent les lois

Les modalités de l’école inclusive sont définies par les lois de la république :

La loi 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, est la loi à l’origine de l’école inclusive. Elle en définit les principes, régit son fonctionnement et donne les modalités d’accueil des élèves en situation de handicap/à BEP. Elle précise l’aide personnalisée dont ces élèves peuvent bénéficier, au sein des PPS (Projet Personnalisé de Scolarisation) : tiers-temps, matériel spécifique, présence d’une AESH…

L’école inclusive trouve également sa source dans le Code de l’éducation : l’article L-111 définit le droit à l’éducation, précisant que l’école républicaine permet à chaque enfant d’apprendre au travers du droit inaliénable d’accéder à la scolarité :  « Le service public de l’éducation contribue à l’égalité des chances et à lutter contre les inégalités sociales et territoriales en matière de réussite scolaire et éducative. Il reconnaît que tous les enfants partagent la capacité d’apprendre et de progresser. Il veille à la scolarisation inclusive de tous les enfants, sans aucune distinction. » Cet article fixe également les obligations du système éducatif français en terme de prise en compte de la difficulté scolaire. Il est écrit noir sur blanc que l’école de la république doit “permettre de façon générale aux élèves en difficulté, quelle qu’en soit l’origine, en particulier de santé, de bénéficier d’actions de soutien individualisé”.
La loi n°2019-791 pour une « école de la confiance »  statue sur les moyens humains liée à l’accompagnement des élèves en situation de handicap dans le cadre de l’école inclusive,. Elle entérine la création des pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL).
Le Comité national de suivi de l’école inclusive est un comité chargé de constater les réussites et les échecs du dispositif actuel, afin de lui permettre d’évoluer.

 

Quelles solutions peut-on apporter pour favoriser l’inclusion de nos enfants ?

  • Solutions mises en places ayant eu un effet bénéfique sur l’inclusion

  • Réellement adapté ? 

  • Aides

  • Dispositifs mis en place pour améliorer l’inclusion

Du point de vue de l’enseignant

  • Difficultés enseignant

  • Comment ça se passe en classe

  • Manque de formation

Du point de vue des parents 

  • Difficultés hors scolaire

  • Difficultés parents 

  • Rôle des parents dans l’inclusion des enfants

MarianneTillard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.