En quoi le Tableau Numérique Interactif est-il un outil d’enseignement et/ou un outil d’apprentissage ?

Aujourd’hui dans le monde scolaire, l’ère du numérique se développe par l’utilisation dans les classes des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement (TICE). Notre sujet se portera plus particulièrement sur les TNI, également appelés TBI ou encore VPI.

Nous proposons d’apporter dans un premier temps les particularités de chaque outil en les présentant. A partir de l’analyse des programmes, nous montrerons en quoi ces derniers sont des outils d’enseignement et/ou d’apprentissage.

Pour finir, nous souhaitons mettre en avant l’utilisation des TNI comme outil d’aide à l’apprentissage, en particulier pour les enfants en difficulté, en situation de handicap.

Typologie des TNI

Définition : TBI ; TNI ; VPI

Il existe plusieurs types de tableaux numériques pouvant être introduits dans les classes à des fins pédagogiques. Chaque tableau permet de projeter à l’aide d’un vidéoprojecteur les documents présents sur un écran d’ordinateur. Ainsi, l’avantage est de pouvoir agir sur ces documents via le tableau numérique à l’aide d’un stylet, des doigts ou encore d’une souris d’ordinateur.

Chaque tableau possède différents logiciels comme par exemple Open board qui offrent des possibilités multiples d’usage, de production et de transformation des documents.

On distingue trois types de tableaux numériques.

Premièrement le TBI, le Tableau Blanc Interactif est intégré à un vidéoprojecteur situé au dessus du tableau. Le tableau est donc équipé de capteurs qui permettent de détecter les doigts ou le stylet afin de pouvoir l’utiliser. Il est également équipé d’une sortie audio.

Deuxièmement le TNI, soit le Tableau Numérique Interactif, diffère légèrement du TBI. En effet ce dernier ne dispose pas d’une surface sur laquelle il est possible d’écrire avec des feutres. L’utilisation se fait uniquement à l’aide de stylets numériques. Il s’agit donc d’un tableau spécifique à installer dans les classes.

L’inconvénient de ces deux tableaux est le fait que l’ombre de la personne l’utilisant se reflète sur la surface du tableau, ce qui empêche les capteurs de détecter les différentes manipulations effectuées. 

Troisièmement, le VPI, le VidéoProjecteur Interactif s’adapte à une surface blanche quelconque, que ce soit un mur ou un tableau blanc classique déjà existant. La surface est donc réactive à un stylet ou au doigt grâce au VPI. Ainsi il est possible d’allier à la fois l’usage du tableau classique ainsi que l’usage numérique. Dans le VPI c’est le vidéoprojecteur qui contient les logiciels et il est relié au stylet qui permet d’utiliser le tableau.

Fonctions des différents tableaux

breve40045-1

Tableau Blanc Interactif

Source: Décision-Achats.fr

TABLEAU FINAL

Tableau Numérique Interactif

Site de l’ESPE de Vannes 

video-projecteur-interactif-epson-000222910-product_zoom

Vidéo Projecteur Interactif

Source: usinenouvelle.com

En lien avec l’usage pédagogique les TNI ont plusieurs fonctions. Nous vous proposons ainsi de vous en exposez quelques unes afin d’en comprendre la particularité et l’usage.

Les TNI permettent tout d’abord un accès à internet et l’exploitation de nombreux logiciels numériques. De plus, diverses possibilités permettent de manipuler des documents sur le tableau et ainsi rendre plus pratique et rapide leur utilisation. Les tableaux ajoutent à cela de l’interactivité dans les pratiques pédagogiques au sein de la classe.

Les fonctions permises par les tableaux peuvent être le fait de capturer certaines parties d’un texte, de les copier, coller, déplacer sur le tableau. Il est également possible de zoomer sur une partie du tableau, d’en cacher une autre… Par la suite, l’ajout de couleur au document projeté sur le tableau permet d’y ajouter du surlignage, de le modifier.

Enfin, l’une des fonctions importante du TNI pour son usage à l’école est le fait de garder en mémoire des pages travaillées sur le tableau, afin de les modifier par la suite ou alors d’avoir une trace de ce qui a été fait la fois précédente. Ainsi, l’enseignant stocke les documents souhaités et les élèves savent rapidement où ils en étaient, cela permet également de garder en mémoire les différentes étapes d’une séance ou séquence d’enseignement, et de pouvoir y accéder ultérieurement. Le TNI permet donc la manipulation d’un document, par les différentes fonctions présentées, en collectif et sur un tableau permettant à tous de bien voir et de travailler collectivement, en même temps.

Un outil d’enseignement

Un outil numérique au cœur des programmes

L’école numérique

La loi du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République, insiste sur la notion d’école numérique, en s’appuyant sur l’article L131-2 du code de l’éducation. Ce dernier, instaure un service du numérique éducatif et de l’enseignement, organisé notamment pour « mettre à disposition des écoles une offre diversifiée de services numériques permettant d’enrichir les modalités d’enseignement et de faciliter la mise en œuvre d’une aide personnalisée à tous les élèves ». De plus cet article, propose « aux enseignants une offre diversifiée de ressources pédagogiques, des contenus et des services contribuant à leur formation ainsi que des outils de suivi de leurs élèves et de communication avec les familles ».

L’école contribue au projet allant vers une société de communication et d’information pour tous. Pour cela, une initiation aux usages en partenariat avec différents acteurs et actions est mise en place, pour généraliser l’usage des ressources numériques pour l’éducation. Les élèves sont donc formés à la maîtrise des outils numériques et préparés pour leur future implication citoyenne, à vivre dans une société où la technologie évolue constamment.

L’utilisation du numérique et des TICE à l’école répond aux cinq domaines du socle commun présentés dans des référentiels pour chaque niveau.

Domaine 1 : comprendre, s’exprimer en utilisant les langues informatiques

Domaine 2 : outils numériques pour échanger et communiquer

Domaine 3 : adopter une attitude responsable

Domaine 4 : créer, produire, traiter, exploiter des données

Domaine 5 : s’informer, se documenter pour comprendre le monde.

L’application de ces domaines, est évaluée aux passages des brevets informatique et internet. Ces brevets « B2i école » et « B2i collège » permettent de mieux préparer les élèves aux usages responsables et technologiques de l’informatique et d’internet.

L’usage du TNI est une illustration de l’application de cette loi, dans le sens, où celui-ci contribue à de nombreuses missions ancrées dans le socle commun. Le fait, que l’enseignant puisse avoir une approche différente avec le tableau numérique interactif, est une mise en œuvre d’aide personnalisée pour tous les élèves. Une offre diversifiée de ressources pédagogiques aux élèves peut alors être proposée par les enseignants. 

Quelques exemples d’application

OpenBoard, dont l’ancienne version était Open-Sankoré, est un logiciel d’enseignement numérique interactif, il est notamment utilisé dans les écoles primaires par le biais de tableaux numériques interactifs. Ce logiciel permet d’enseigner, créer, partager et diffuser des ressources numériques d’enseignement libres et gratuites.

Le point fort de ce programme, est l’universalité, c’est-à-dire qu’il est compatible avec tout type de matériel interactif. De plus, celui-ci peut se traduire en plusieurs langues. Il a été conçu pour une application combinant simplicité des outils et interactivité numérique. Nous pouvons donc voir qu’en application, l’enseignant peut utiliser ce logiciel pour la pratique de plusieurs matières, comme par exemple le français et les mathématiques.

OpenBoard répond aux programmes scolaires, pour tous les niveaux et pour toutes les disciplines, ainsi qu’à un écosystème international de production de ressources numériques d’enseignement libres et gratuites.

La vidéo « Faire la classe avec Open-Sankoré » illustre les nombreuses fonctionnalités du logiciel qu’il est possible d’utiliser en classe. 

Réalisée par Open Sankoré, Source : Youtube

L’utilisation du TNI par l’enseignant 

Compétences nouvelles

L’utilisation d’un tableau numérique en classe est devenue un enjeu de l’enseignement mais également de l’apprentissage. Cependant, cela va demander à l’enseignant de maîtriser des compétences nouvelles, et ainsi de se former à ces utilisations innovantes. En effet, il va être nécessaire d’adapter les séquences d’apprentissage et d’évaluation à l’usage des tableaux interactifs. Désormais, il va être utile d’insérer des contenus multimédias dans les enseignements. Il faudra également se former à l’utilisation des logiciels permettant le fonctionnement des tableaux.

Formation des enseignants

La bonne utilisation d’un tableau interactif nécessite une formation initiale pour les enseignants afin que son usage s’avère optimal et constructif. Dans un premier temps les enseignants peuvent être formés par des pairs (autres enseignants), utilisant déjà cet outil dans leurs classes. Cette transmission permet un partage des connaissances et compétences sur l’outil qui se révèle être un gain de temps considérable. Par ailleurs les enseignants peuvent suivre des formations initiées par l’Education Nationale afin de se voir former à l’usage du tableau interactif et des logiciels correspondants. Ces formations permettent ainsi de se focaliser sur les possibilités de mise en place au sein de l’école. Enfin, les enseignants peuvent se former grâce à des tutoriels présents sur internet. Ce moyen permet ainsi à l’enseignant de découvrir des fonctionnalités nouvelles mais également de se perfectionner sur certains aspects de son choix, en fonction de ses projets d’apprentissage.   

En quoi l’intégration du TNI change-t-elle la façon d’enseigner ?

L’intégration du TNI dans les classes change la manière d’enseigner. En effet, l’enseignant peut être en totale interactivité avec sa classe. Un travail collectif peut dès lors se mettre en place beaucoup plus aisément. L’attention peut ainsi se porter plus facilement sur l’ensemble du groupe, et quand il y en a besoin, sur ceux qui le demandent. Il peut être possible de mettre en place des réitérations, favorisant l’apprentissage. Il va également être possible de faire des retours en arrière vers des pages mais également des contenus vu auparavant.  Les différentes annotations qu’on aura pu noter sur un cours par exemple témoignent de l’interactivité qui a eu lieu dans la classe entre l’enseignant et les élèves.

La posture de l’enseignant se modifie également, ce n’est pas uniquement un « gadget ». En effet, on n’est plus devant un écran d’ordinateur avec une souris dans la main pour montrer au tableau des illustrations aux élèves, mais devant eux, un stylet à la main afin de cibler ou mettre en évidence un élément. Ainsi, le TNI remplace les rétroprojecteurs, le traditionnel tableau noir/blanc mais aussi le lecteur de CD et de DVD.

De cette manière, on regroupe plusieurs appareils en un ce qui ne nécessite plus autant de câbles polluants à l’espace de classe. Il n’est désormais plus nécessaire de jongler entre la craie du tableau noir, le marqueur et la feuille blanche du rétroprojecteur. L’enseignant peut désormais travailler plus facilement sur les documents. Il peut utiliser de la couleur, varier la teinte du fond, etc… Des manipulations qui auraient été fastidieuses avec une craie sont désormais possibles.

Enfin, l’utilisation d’un tableau interactif permet à l’enseignant d’optimiser son temps. Il va y avoir un gain de temps pour écrire un énoncé ou un exercice au tableau. Dès lors, l’enseignant peut garder l’attention des élèves qui vont pouvoir se mettre au travail plus rapidement. Le TNI sert de support visuel à l’enseignement, qui peut alors être plus varié mais également organisé. Plusieurs modes d’apprentissage vont se mettre en place de manière à s’adapter aux besoins des élèves. Par exemple, il est possible de varier les médias pour un même contenu d’apprentissage.

Source : www.reseau-canope.fr

Un outil d’apprentissage

hhkhk

Le TNI au service des apprentissages

Nous allons voir en quoi le TNI est au service des apprentissages, en passant par la posture et le positionnement de l’élève.

Posture : les élèves acteurs

L’utilisation du TNI amène une certaine motivation chez les élèves, dans le sens où, celui-ci, permet à l’élève de prendre la posture d’acteur. Dans ce cas, l’élève n’est plus passif mais devient actif. Nous pouvons donc associer le TNI au modèle socio-constructiviste comme illustré auparavant, puisque l’élève peut intervenir directement.

De plus, l’élève présente moins de réticence à aller au tableau. En effet, en utilisant un TNI, la luminosité se porte sur le cours et non sur l’élève. Nous pouvons donc dire que le focus image fait sur le cours, prime sur l’élève. De ce fait, l’élève appréhende moins d’aller au tableau devant le reste de la classe, puisque le regard de ses camarades porte particulièrement sur le cours par sa luminosité.

L’élève qui a du mal à verbaliser ses idées face à un tableau blanc, va être plus à l’aise face à un TNI dans le sens où sur celui-ci il y a un support, qui peut-être une image, un document sur lequel il va pouvoir s’appuyer.

La place de l’erreur n’est pas la même avec l’usage du TNI, puisque l’élève à moins peur de se tromper, dans le sens où il sait qu’un retour en arrière, ou encore l’utilisation de la gomme permet d’effacer une erreur avec un côté ludique en même temps.

L’utilisation du TNI permet de retrouver l’ensemble des technologies du numérique à l’intérieur de l’école, dans le sens où il est possible d’afficher une vidéo, une production d’élève ou encore un exercice de manuel directement sur le tableau. De ce fait, le TNI permet aux élèves d’accéder à l’apprentissage du numérique par l’utilisation d’internet et d’un ordinateur. L’emploi d’un TNI amène les élèves à se familiariser plus rapidement avec le numérique.

Positionnement : La dimension collective

Nous pouvons donc dire que l’utilisation du TNI facilite le travail collaboratif entre les élèves.

Le fait qu’un document puisse être affiché en grand format au TNI, évite aux élèves de perdre du temps à chercher et essayer de voir celui-ci dans leur manuel scolaire à taille réduite. Ils sont directement mis en condition et peuvent ainsi travailler sans avoir l’occasion de s’ennuyer.

Le TNI pousse les élèves à utiliser l’ordinateur et les technologies numériques. Lors de notre stage, nous avons pu remarquer que l’enseignant demandait à un élève d’aller écrire sa dictée sur traitement de texte, afin de pouvoir l’afficher au TNI et la corriger de façon collective par la suite. L’usage du TNI amène à un travail collaboratif et à l’interactivité entre les élèves de la classe.

En effet, le TNI permet notamment d’afficher les travaux d’élèves directement sur le tableau devant l’ensemble de la classe. Par la suite, ces derniers peuvent travailler à partir de ces affichages.

Source : recit.qc.ca

L’usage du TNI en lien avec le handicap

Zoom sur des exemples concrets 

Dans cette partie, nous souhaitons mettre en avant que l’outil qu’est le TNI paraît particulièrement judicieux avec certains publics atteints de handicap. Pour cela, nous avons voulu éclaircir nos propos avec deux exemples particuliers que nous avons pu rencontrer dans nos parcours, sur le terrain. Les exemples que nous allons présenter se basent donc sur des expériences personnelles vécues lors de stages. Ainsi il nous paraît pertinent de montrer les fonctions et l’utilité d’un tel outil face à un public à besoins particuliers.

Utilisation du TNI dans un IME (Institut Médico-Educatif)

Notre premier exemple se passe dans un IME, Institut Médico-Educatif, accueillant des enfants et adolescents atteints de troubles des fonctions cognitives. Dans cette structure les enseignants spécialisés utilisent en grande partie le TNI dans leurs pratiques pédagogiques.

En effet, ils apprécient particulièrement le TNI comme outil d’apprentissage auprès de leurs élèves. Selon eux, leurs élèves accueillis, souffrant de troubles de l’attention et de difficultés scolaires sont réceptifs à cet outil. Il permet aux enseignants de mettre les élèves plus facilement au travail, mais également plus rapidement. Ils insistent sur le fait que le gain de temps est un des avantages primordial, étant donné que les élèves ne décrochent pas, du fait de la rapidité d’installation d’un document sur le TNI.

Les enseignants spécialisés se servent du tableau principalement pour des corrections en groupe, ou encore afin de projeter des supports tels que les pages de livres étudiés. Chacun peut donc suivre à son rythme l’exercice corrigé, et dans le même temps chacun peut participer à cette correction au tableau. Le TNI ajoute à cela une attractivité qui motive énormément les élèves, du fait de sa manipulation, des couleurs, des textes à ajouter…

De plus chaque élément travaillé sur le tableau (exercices, documents, photos…) peut être enregistré, ainsi si un élève ne se souvient plus de ce qui a été fait la semaine passée par exemple, l’enseignant peut rapidement lui montrer, ainsi l’élève peut repartir dans son travail sans être perdu. Nous voyons dans cette fonctionnalité un gain de temps, permettant aux enseignants de commencer leurs séances plus rapidement.

Enfin, le TNI favorise l’interactivité entre les professeurs et les élèves étant donné que ces derniers sont intéressés lorsqu’ils vont au tableau car ils peuvent le manipuler, et cela les stimule, du fait du changement, le fait qu’il puisse se lever et ne pas rester statique sur leur chaise. Pour finir, il permet un enseignement plus ludique et stimulant pour les élèves, ce qui les fait rentrer plus facilement dans l’apprentissage dans certaines situations. Ainsi, selon les professeurs, le TNI est un outil adéquat et pratique pour les élèves en IME, car il permet de rendre l’enseignement plus attractif et adapté aux élèves.

Les dys : définition, avantages, mise en pratique 

On regroupe sous le terme de « dys » les troubles cognitifs spécifiques et les troubles de l’apprentissage que cela induit. Certains de ces troubles vont affecter les apprentissages dits précoces comme le langage (dysphasie) et la motricité (dyspraxie) tandis que d’autres vont affecter les apprentissages scolaires comme l’écriture (dyslexie et dysorthographie) mais aussi le calcul (dyscalculie). La dyslexie est le trouble le plus courant, cela concerne environ 4 à 5% d’une classe d’âge.

Le TNI présente plusieurs avantages pour venir en aide aux élèves par ses diverses utilisations et fonction. 

  1. Le premier avantage du TNI, pour des élèves dyspraxiques, ayant des problèmes de motricité ou de repérage dans l’espace, concerne le stylet qui est plus simple à utiliser que la souris d’ordinateur.
  2. Il y a un second avantage par rapport à une association ordinateur/vidéoprojecteur pour les élèves dys à propos de la concentration. Par exemple, le fait d’avoir accès au contenu de l’ordinateur à partir du tableau évite les déplacements parasites de l’enseignant du tableau à l’ordinateur. Le TNI peut favoriser le travail de mémorisation. En effet, pour les élèves « dys », il faut autant que possible privilégier les schémas, les repères visuels avec couleurs. A l’aide des diverses fonctions du TNI, cela est possible.
  3. Enfin, le logiciel peut garder une trace écrite et toute son évolution : on peut donc l’imprimer, le convertir en PDF pour le publier sur le cahier de texte en ligne ou bien l’élève peut l’emmener chez lui sur clé USB. Le logiciel du TNI peut favoriser la lecture pour un élève dyslexique, et ainsi favoriser la compréhension d’un texte écrit ou d’un énoncé. Avec le paperboard, il est possible de présenter le texte écrit plus gros, avec peu de mots par lignes. Les pages du paperboard servent alors à créer des unités de sens réduites dans lesquelles les élèves en difficulté de lecture peuvent se repérer plus facilement. Comme sur un traitement de texte, on peut surligner ou souligner des éléments du texte avec un code couleur. Ces outils permettent également de travailler les faits de langue : on peut, par le même principe travailler en dynamique la langue (déplacer des mots, les classer, donner des repères visuels) pour en améliorer son appropriation. Il y a un autre atout pour favoriser la lecture : l’insertion dans le paperboard de fichiers-sons reproduisant les textes étudiés et projetés au tableau. Ils peuvent être écoutés plusieurs fois. L’attention est plus importante que lorsque le professeur fait la lecture. Les élèves relèvent quelques mots clés à l’oreille, comprennent mieux le sens global du texte, prennent appui sur les intonations du lecteur. Il est alors possible de travailler ensuite plus facilement sur le vocabulaire, les champs lexicaux, les mots qui se répondent, afin de construire avec les élèves une interprétation du texte. Les fichiers-sons intégrés peuvent aussi servir pour la mémorisation des leçons : il s’agit de faire apprendre par mémorisation orale et visuelle conjointes. On peut également insérer un fond, imitant le quadrillage d’un cahier, cela aide les élèves en difficulté à présenter et à mettre en page correctement sa feuille de cours. Lorsque l’élève vient au tableau, il peut suivre les lignes du quadrillage et ainsi mieux écrire que sur un tableau classique.

Conclusion

Le tableau Interactif est un outil d’enseignement adéquat et utile. Il permet dans un premier temps un gain considérable de temps d’apprentissage. En effet, son utilisation permet de projeter des images, vidéos, documents tirés de manuels… Il est possible également de s’approprier les documents projetés en les modifiant, en surlignant, en déplaçant des mots, en apportant des éléments textuels… Ces fonctionnalités s’ancrent dans les attendus des programmes quant à l’importance de la place du numérique à l’école. Par ailleurs, la possibilité d’enregistrer les travaux crées sur le tableau interactif et d’y revenir à une séance ultérieure est un gain de temps. De plus cela permet aux élèves de recontextualiser la séance passée et de se remémorer plus rapidement les apprentissages vus précédemment afin de se remettre rapidement au travail. Ainsi cet outil est bénéfique autant pour l’enseignant que pour l’élève. Du côté de l’élève, le tableau interactif lui permet d’être acteur de ses apprentissages. Dès lors, l’apprentissage devient plus motivant et ludique. De ce fait, l’élève a moins de difficultés à aller au tableau et à participer de façon active. L’élève apprend ainsi à manier les outils numériques dans un usage raisonné et pédagogique. Enfin cet outil apporte une dimension collective, dans le sens où la correction d’exercices ou la manipulation sont plus rapides et effectuées en groupe classe, plus rapidement et avec davantage d’attractivité. Par ailleurs au sein de cet article nous avons pu également montrer le bénéfice d’un tel outil au service des élèves en situation de handicap.

Nous pouvons toutefois nuancer ses propos en apportant quelques limites à l’usage du tableau interactif. Dans un premier temps nous avons mis en exergue qu’il existe des disparités entre les tableaux interactifs qui rendent son usage différent. En effet, certains TBI ne sont pas utilisés comme outil d’apprentissage mais comme simple rétroprojecteur, ce qui perd alors tout son sens. Cela peut rendre compte également d’un manque de formation des enseignants. De plus, le VPI n’a pas la limite de diffuser l’ombre des usagers, ce qui n’est pas le cas des TBI et TNI. L’ombre peut être un obstacle à son utilisation car les élèves ne visualisent pas correctement le support. Ce constat a été mis en avant lors d’un stage, où les élèves devaient changer de position pour écrire et manipuler le support afin que les capteurs présents sur le tableau restent calibrés à la surface. Ainsi le TBI est un outil d’apprentissage numérique, mais il convient d’ajouter que l’usage des TICE dans la classe ne se limite pas à posséder un tableau interactif.

Ex M1

16 thoughts on “En quoi le Tableau Numérique Interactif est-il un outil d’enseignement et/ou un outil d’apprentissage ?

  1. Stella Cocatre

    depuis quand utilise-t-on un TNI?

  2. Existe-t-il plusieurs types de tableaux interactifs ?

    • Gaëlle Le Trionnaire

      Oui nous pouvons différencier le TBI, le TNI ainsi que le VPI. Nous posterons un article à ce sujet sur notre blog d’ici quelques jours.

  3. Dupré Abel

    Pourquoi privilégier le numérique en général tandis que les générations précédentes semblaient très bien apprendre sans cela ?
    Autrement dit, comment évalueriez-vous l’apport du numérique dans l’enseignement?
    Est-ce vraiment bénéfique à ce point ?

    • Gaëlle Le Trionnaire

      Les programmes accordent une grande importance au numérique, ce qui passe par exemple par l’outil TNI. Il permet alors de familiariser les élèves avec le numérique mais également de les guider vers une utilisation et une responsabilisation. De plus, nous sommes dans l’ère du numérique de ce fait l’école se doit d’évoluer avec la société.

  4. Maeva Castaing

    Les TNI sont-ils abordables financièrement pour toutes les écoles en France ?

    • Gaëlle Le Trionnaire

      Depuis le développement des TNI dans les années 2000, il est possible d’acquérir un TNI à un prix abordable (500€ environ jusqu’à 2000€). Cela reste à l’appréciation des écoles et du budget dont elles disposent.

  5. Aurelie Fargeas

    Quelle différence entre TNI, TBI et VPI?

    • Gaëlle Le Trionnaire

      Il n’y a pas de grande différence entre TNI, TBI et VPI, seulement leur installation diffère. Nous posterons un article d’ici quelques jours à ce sujet pour apporter des informations.

  6. Gougeon Emilie

    Le tableau numérique est-il plus efficace qu’un tableau classique ?
    Pour quels usages est-il intéressant de l’utiliser ?

    • Gaëlle Le Trionnaire

      Le TNI présente de nombreuses fonctionnalités qu’un tableau classique ne permet pas. Par exemple, enregistrer un travail et y revenir ultérieurement. Lorsque nous présenterons les TNI, TBI, VPI, nous mettrons en avant les fonctionnalités de chacun des tableaux avec des images et vidéos à l’appui.

  7. Gasnier Noémie

    Les enseignants sont ils favorables à l’usage d’un TNI?

    • Gaëlle Le Trionnaire

      Un TNI n’est pas imposé à l’enseignant, c’est un choix de l’utiliser ou non. Il ne faut pas oublier que l’usage du numérique est présent dans les programmes.

  8. STEPHAN Julie

    Les enseignants sont-ils formés à l’utilisation des tableaux interactifs ? (Je pense plus particulièrement aux enseignants qui n’ont pas eu de formation numérique pendant leurs études)

    • Gaëlle Le Trionnaire

      C’est une excellente question ! Nous n’y avions pas pensé, nous allons nous renseigner à ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.