APPRENDRE A LIRE : ENTRE VOYAGE ET ECOLE

Les EFIV sont les enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs. Il s’agit de familles non sédentarisées se déplaçant très souvent et s’installant régulièrement dans des camps pour des durées plus ou moins longues. Familièrement on les nomme aussi « nomades », « gitans », « bohémiens », « roms », « tsiganes », « manouches », etc… des termes plutôt péjoratifs qui traduisent l’hostilité des habitants envers les EFIV et leur famille lorsqu’ils arrivent dans une nouvelle ville. Leur façon de vivre entraîne déjà par définition des difficultés d’intégration particulièrement à l’école pour les enfants du fait des préjugés les concernant mais également des difficultés dans la continuité pédagogique et le suivi des apprentissages. Les enfants de familles itinérantes et de voyageurs correspondent à un large public. En effet, de nombreux élèves issus de ces familles n’ont pas accès à l’apprentissage ce qui provoque l’illettrisme chez certains. Pour cela, la circulaire n° 2012‐142 du 02‐10‐2012 va définir les modalités relatives de ces élèves.

L’éducation nationale œuvre à la scolarisation des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs, conformément à l’article L.111-1 du code de l’éducation et aux engagements internationaux de la France qui garantissent à tous les enfants de six à seize ans l’accès à l’instruction dès lors qu’ils sont présents sur le territoire national, quels que soient leur nationalité, leur situation personnelle ou leur mode de vie.

https://huit.re/scolarisationefiv

L’objectif est de permettre une scolarisation de ces élèves en milieu ordinaire et de les aider en fonction de leurs besoins particuliers. Cela passe par la mise en place d’outils pour les accompagner dans l’apprentissage de la langue française. Pour cela, trois grands principes sont importants :

Accompagner l’inclusion dans les classes ordinaires
Garantir le respect des principes de droit commun
Renforcer la formation des équipes pédagogiques

Les défis à relever


Certaines familles portent un avis négatif de l’école suite à leur propre expérience. A l’époque, les enfants issus de familles itinérantes étaient laissés pour compte. L’objectif est de ne pas laisser ces enfants en marge du système scolaire et de sensibiliser les familles à l’école.

Pour les familles tziganes traditionalistes, la conception de l’école est très différente de leur culture. Les parents s’inquiètent de voir les liens et le sentiment communautaire de leurs enfants se détruire. Selon eux, l’école pourrait changer leur façon de penser, alors ils les dé-scolarisent. Pour ces parents traditionalistes, il faudrait un système pédagogique qui leur apporte des outils pour vivre de leur culture c’est-à-dire les chevaux, le cirque, la tauromachie, la musique ou la danse.

Les exigences de l’institution ne correspondent pas au rythme de vie des tziganes qui se couchent tard, se lèvent tard et bougent sans arrêt dans leur quartier dehors. L’école, pour ces parents, serait alors synonyme d’enfermement pour leurs enfants.

Pour certaines familles tziganes, l’école représente les valeurs d’émancipation. Selon eux, il est important que les enfants sachent s’exprimer, lire et écrire pour revendiquer leurs droits, qu’ils choisissent leur métier et qu’ils soient libres de leurs propres choix.

Ainsi, la diversité des croyances et des représentations requièrent, de la part de l’enseignant, un travail important pour créer un lien de confiance avec la famille.


Les différents outils à disposition de l’enseignant


La méthode Kiko comme alternative

Cette méthode de lecture pour enfants dès 6/7 ans a été initié, il y a plus de 25 ans, par Etienne Pierre. Elle a été largement utilisée pour des jeunes adultes non lecteurs ainsi que des populations itinérantes directement auprès de familles sur les terrains des voyageurs.

Cette méthode repose sur l’apprentissage de 10 sons clés essentiels à la lecture de plus 75% des composants linguistiques français. Ils doivent tous être connus (sans ordre précis) avant de continuer les apprentissages.

OI, IN, AI, AU, UN, ON, EU, OU, EN

La façon la plus ludique de les apprendre est de passer par le jeu ! Memory, batailles et jeux des familles sont autant de possibilités pour que l’élève devienne son propre répétiteur dans un contexte attrayant.

Une fois maîtrisés, ces sons sont combinés avec des consonnes (POI, DIN, RAI, BAU…). Ainsi, l’enfant va progressivement pouvoir rentrer dans la lecture de phrases plus ou moins complexes. La lecture à deux est un élément essentiel dans cette méthode. En effet, elle permet de construire une véritable relation de confiance qui donnera le goût de la lecture à l’enfant.

Quelques petits conseils :
– Impliquer la famille dans les apprentissages en créant des outils qui pourront être utilisés par la famille et notamment par frères et sœurs.
– Dans un premier temps, ne pas étudier les différences entre les lettres ou les syllabes (b/p, par/pra) qui peuvent brouiller la compréhension.
– Favoriser l’utilisation des mots du quotidien des enfants du voyage pour donner du sens aux apprentissages.

La méthode Freinet

Cette méthode est mise en place pour les enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs pour pouvoir communiquer malgré le peu de vocabulaire qu’ils peuvent avoir. La méthode Freinet est utilisée en France et repose sur plusieurs principes :

  • L’expression libre des enfants
  • Un rythme d’apprentissage individualisé
  • La coopération entre pairs

Cette méthode utilise deux outils tels que les brevets de validation des acquis et les plans de travail pour permettre de réaliser leur tâches en autonomie.

L’exemple du cartable du voyageur

Le cartable du voyageur est un outil numérique en ligne qui permet aux élèves d’accéder à un parcours personnalisé en fonction de leurs besoins. Le cartable voyageur a pour objectif d’améliorer le suivi des apprentissages scolaires de base et de favoriser l’apprentissage de la langue mais également la prévention de l’illettrisme. Cet outil numérique est mis a disposition des équipes enseignantes qui accueillent dans leur classe un ou des élèves itinérants.

Interview d’un professeur des écoles sur Europe 1

Podcasts d’Europe 1, interview de Grégory Leroy, professeur des écoles en Vendée et animateur TICE (technologie de l’information et de la communication pour l’enseignement), mis en ligne le 10 mars 2014, disponible sur : https://www.europe1.fr/emissions/Bonjour-Monsieur-le-maire/Un-cartable-voyageur-pour-les-enfants-du-voyage-149190

Clique sur ce bouton pour accéder au guide du maître

Les mémos de l’enseignant

Il y a aussi, des moyens mis en place pour les professeurs des écoles afin de favoriser l’arrivée en classe des élèves issus des communautés tziganes. Appelés « mémos », ce sont des livrets pour accueillir les enfants et favoriser un climat de bienveillance dès leur arrivée.

Le camion-école

Désigner sous le nom d’Antenne Scolaire Mobile (ASM), les camions-écoles conduits par les enseignants, font office de classe et peuvent accueillir une dizaine d’enfants. Les ASM s’adaptent aux vies des familles ce qui permet une médiation entres les familles et l’institution scolaire.

Le livret de suivi des enfants itinérants

Le livret de suivi des élèves issus de familles itinérantes et de voyageurs est proposé au niveau du département en complément du Livret Scolaire Unique (LSU) et des outils de classes ordinaires qui peuvent être mis à leur disposition. L’objectif de cet outil est de donner du sens et de la cohésion au parcours scolaire des élèves voyageurs, tout en assurant un suivi de la scolarité.

LE CASNAV

Le CASNAV est le centre académique pour la scolarisation des élèves allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs. Les CASNAV apportent leurs conseils et leur expertise pédagogique aux différents acteurs concernés par la scolarisation de ces élèves. Leurs missions est d’organiser et d’animer des actions de formations concernant ces publics. Ils vont également accompagner les équipes éducatives tel que les enseignants dans les établissements scolaires. 

Pour avoir de nombreuses ressources, visitez le site du CASNAV de l’académie de Rennes en cliquant ici : https://huit.re/casnavrennes


Ce qu’il faut retenir


On a pu voir que beaucoup d’outils sont mis à disposition des enseignants afin de rendre l’expérience des EFIV à l’école la plus plaisante possible, quel que soit l’établissement qu’ils doivent fréquenter. Il est nécessaire que les enseignants concernés s’en servent et ainsi assurent la continuité pédagogique tout comme le suivi des apprentissages de ces enfants… Il en va de leur avenir et de la diminution du taux de personnes illettrées au sein des EFIV et de leurs familles.


Pour aller plus loin…


Témoignages et reportages sur le mode de vie et la scolarisation d’enfants issus de familles itinérants et de voyageurs

Document 1: Toute une histoire, gens du voyage: leur vie pas comme les autres, YouTube, mise en ligne le 13 mai 2017, 1 heure et 30 minutes, disponible : https://www.youtube.com/watch?v=TyfROcsm2ig&t=2997s

Résumé: Ils ne représente que 0,6% de la population française et pourtant les débats autour de cette communauté passionne l’option public. Mode de vie hors du commun, ils vivent sur les routes en communauté et ont parfois conscience qu’ils dérangent. Tziganes, manouche, gitans, roms, qui sont ils vraiment ? quelles sont leurs valeurs ? Quelle est leur culture ? Découvrez leur univers dans l’émission Toute une histoire nommé «  Gens du voyage : leur vie pas comme les autres »

Document 2: CASNAV CAREP Nancy-Metz  » En route pour la maternelle: des parents d’EFIV témoignent »,  mis en ligne le 10 mai 2017, disponible sur : http://www.dsden93.ac-creteil.fr/spip/spip.php?article6466

Résumé: « En route pour la maternelle : des parents d’EFIV témoignent » est un document précieux pour quiconque souhaite mieux comprendre la relation que beaucoup d’enfants du voyage et leurs familles entretiennent avec l’école, à travers une parole juste et authentique : celle des parents. Ce documentaire est élaboré par la mission départementale de soutien à la scolarisation des enfants du voyage, en liaison avec le CASNAV (Centre académique de scolarisation des nouveaux arrivants et des enfants du voyage), et réalisé par Eric Tachin, cinéaste.

Document 3 : San de Sénart, L’école un autre voyage, mise ne ligne le 14 septembre 2012, disponible sur: https://www.youtube.com/watch?v=7TBLbAZu1FU

Résumé: Afin de sensibiliser les gens du voyage à la nécessité de scolariser leurs enfants, une vidéo a recueille le témoignage de deux enfants Kincy et Victor. Ils confient leur expérience de l’école, leurs questionnements et l’importance pour eux de savoir lire et écrire. Vidéo réalisée par le San de Sénart en partenariat avec la Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine, l’ Education Nationale et l’association le Rocheton

Document 4 : Canal Pourpre, reportage: paroles de femmes voyageuses, YouTube, mis en ligne le 6 mars 2013, 30 minutes, disponible: https://www.youtube.com/watch?v=NVV8B5AWFlY

Résumé: Canal Pourpre a réalisé en partenariat avec l’association bergeracoise d’Ici et d’Ailleurs un reportage livrant des paroles de femmes voyageuses sur le thème de l’école, du logement et de la vie personnelle et sociale.

Si vous avez des questions ou que vous souhaitez davantage d’informations, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire !

Betty Bellec, Jeanne Seiller, Lou-Ann Butaud, Maurine Allain, Marine Noblet

Pour accompagner votre lecture de l’article…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.