La relation école/famille en période de coronavirus

En période de coronavirus, comment la relation entre les parents et l’école évolue vis-à-vis de l’apprentissage des élèves ?

Il s’agira dans cet article d’aborder le sujet des relations écoles-familles, qui aujourd’hui plus encore que d’ordinaire, prend tout son sens avec la situation sanitaire actuelle. Nous analyserons donc la problématique de la nécessité du bon fonctionnement des relations écoles-familles quant à l’efficacité scolaire des élèves. Ce faisant, nous aborderons dans un premier temps l’aspect juridique des relations écoles-familles pour ensuite nous pencher sur les relations écoles-familles avant la crise sanitaire actuelle, et plus précisément avant le premier confinement du 17 Mars 2020. Puis, nous évoquerons les relations écoles-familles pendant le confinement de ce 17 Mars 2020 au 11 Mai 2020. In fine, nous étudierons  les relations écoles-familles après ce premier confinement.

  • Les apports juridiques

Existe-t-il un cadre réglementaire quant aux relations écoles-familles ? Tout d’abord, il est important de préciser et de rappeler qu’il existe un cadre réglementaire qui régit ces relations école-famille. En effet, l’article L111-1 du Code de l’éducation dispose que :  « pour garantir la réussite de tous, l’école se construit avec la participation des parents, quelle que soit leur origine sociale. Elle s’enrichit et se conforte par le dialogue et la coopération entre tous les acteurs de la communauté éducative ». En bref, les parents appartiennent à la communauté éducative comme le précise  l’article L111-4 du Code de l’éducation : « Les parents d’élèves sont membres de la communauté éducative (…). Leur participation à la vie scolaire et le dialogue avec les enseignants et les autres personnels sont assurés dans chaque école et dans chaque établissement. Les parents d’élèves participent, par leurs représentants aux conseils d’école, au conseil d’administration des établissements scolaires et aux conseils de classe ».

Quels sont les outils permettant l’intégration des parents dans la communauté éducative ? Tout d’abord, les représentants des parents d’élèves ont  un rôle de médiation entre parents et membres de la communauté éducative. Aussi, les associations de parents d’élèves ont pour rôle de défendre les intérêts moraux et matériels communs aux parents d’élèves, d’informer les familles sur la vie de l’établissement et la possibilité d’organiser des réunions d’information et de proposer certains services à l’attention des parents ou des élèves. De plus, l’école primaire prévoit un livret scolaire. Quant au  règlement intérieur, il doit être présenté en début d’année scolaire aux parents ou responsables de l’élève nouvellement inscrit, en application de l’article L.401-3 du Code de l’éducation. Aussi, les établissements prévoient des réunions parents-profs et l’établissement prévoit un espace dédié aux parents (depuis la loi Refondation école de la République de 2013. Ainsi, selon la loi n°2013-595 du 8 Juillet 2013 : «chaque établissement d’enseignement doit prévoir un espace à l’usage des parents et de leurs délégués.»). En conclusion, pour cette première partie sur l’aspect réglementaire des relations écoles-familles, nous devons retenir que celles-ci font partie intégrante du cadre d’exercice de l’éducation dans un esprit de co-éducation et qu’elles sont prévues par les textes. Cette coopération parents-écoles a pour but l’efficacité scolaire des élèves.

  • L’école avant le coronavirus

Quelle relation entre l’école et les parents avant le confinement ? Tout comme la famille, l’école participe à l’éducation et forme les élèves à devenir des futurs citoyens responsables. Pendant longtemps, l’école et la famille étaient considérées comme deux espaces distincts.

Qu’en est-il aujourd’hui ? L’école s’est ouverte sur la société et considère que l’école ainsi que les parents ont un objectif commun, celui de la réussite du développement de l’élève et de l’enfant. Les programmes scolaires actuels rappellent que la réussite des élèves est favorisée par l’implication des parents dans la scolarité de leur enfant et de l’intérêt qu’ils portent à participer aux activités de l’école.

Quelles sont les relations entre les parents et l’école ? Les relations avec la famille sont au cœur de l’accompagnement à la scolarité. Une communication doit être établie entre la famille et l’école. Cette dernière a un rôle d’accueil des enfants mais également des parents en établissant un dialogue régulier et constructif avec eux. La qualité des relations entre l’école et les familles sont essentielles pour le bon déroulement de la scolarité des élèves et leur réussite. L’école entretient les mêmes relations avec tous les parents quelle que soit leur origine sociale et leur situation familiale.

Les parents d’élèves, partenaires de l’école ? Les parents sont inclus dans l’école et sont membres de la communauté éducative. Ils peuvent s’impliquer à tous les niveaux de la vie scolaire et participer, par leurs représentants, au conseil d’école et aux différentes instances des établissements scolaires. L’Éducation Nationale de la Jeunesse et des Sports donne le droit aux parents d’être informés des résultats et du comportement de leur enfant. Plusieurs moyens sont mis en place comme les réunions en début d’année et les rencontres parents-enseignants en cours d’année. De plus, les enseignants ont obligation de répondre aux informations et entretiens sollicités par les parents.

Le suivi des parents dans l’apprentissage de leur enfant ? Le livret scolaire est un moyen de lier les familles et l’école et joue un rôle de suivi pour chaque élève. Par le livret scolaire, les parents suivent les acquis et les progrès de leur enfant.

La place de l’enseignant dans l’apprentissage des élèves ? Bien que les parents aient une place importante dans l’école, les enseignants participent activement aux apprentissages des élèves. L’enseignant conceptualise des séquences de travail. En classe, il les met en œuvre et accompagne chaque enfant en suivant son rythme de travail. En mars 2020, la fermeture des écoles a été décidée par le gouvernement en raison de la pandémie de COVID-19. A-t-elle fait évoluer la relation entre les parents et l’école ?

  • L’école pendant le coronavirus

Un peu de contexte ? A la fin de l’année 2019, un nouveau virus appelé Covid-19 fait son apparition dans la ville de Wuhan en Chine. Il s’est développé et s’est étendu dans tous les pays du monde. Ce que nous pensions comme anodin s’est révélé tragique : le 16 Mars 2020, le Président Emmanuel Macron annonce à la télévision le confinement total de la France. Qui dit confinement total dit fermeture des écoles élémentaires, collèges et lycées, mais aussi fermeture de tous les commerces non-alimentaires, entreprises, agences etc. De nouvelles plateformes pédagogiques sont mises à disposition, des entretiens téléphoniques individuels entre l’enseignant et chaque élève pour essayer de garder un lien et même des heures d’enseignement ludo-éducatifs sur les programmes télévisés. Ces programmes sont instaurés sur les chaînes France 4 et France 5 pendant un temps de la journée afin que les élèves continuent d’apprendre. Nous pouvons donner l’exemple de la « maison Lumni », programme suivi par le Ministère de l’Éducation Nationale de la Jeunesse et des Sports destiné aux 8/12 ans.

Mais qui peut donc enseigner aux élèves ?  La relation école-famille prend donc une toute autre forme puisque les parents doivent assurer la continuité pédagogique de leurs enfants. Mais c’est bien plus facile à dire qu’à faire. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le matériel. En effet, pendant le confinement, nous avons pu constater d’importantes inégalités sociales sur le point de vue de l’enseignement à la maison puisque certaines familles ne possédaient tout simplement pas d’ordinateur ou d’imprimante ou bien en possédaient un seul pour une famille composée de 5 enfants par exemple. Ce qui a pour conséquence de décourager presque immédiatement les élèves même si certaines villes de France se sont mobilisées pour fournir des ordinateurs et tablettes aux enfants qui n’en possédaient pas. Ensuite, le point de vue social car certains parents ne pouvaient tout simplement pas suivre leurs enfants dans leur travail pour plusieurs raisons : ils pouvaient ne pas parler français et par conséquent ne pouvaient pas lire les leçons ou n’avaient tout simplement pas le temps. Enfin, une des dernières raisons pour laquelle l’attribution du rôle d’enseignant pour les parents peut s’avérer difficile est que tout simplement, les parents NE SONT PAS enseignants. Effectivement, être professeur des écoles est un métier qui demande une formation importante et certains parents ne pouvaient tout simplement pas assumer ce rôle, ce qui est normal. Certes, certains parents ont pris beaucoup de plaisir à enseigner à leurs enfants mais il faut garder à l’esprit que cela ne reste pas l’unanimité.

  • Et après?

Un retour à la normale ? Après deux mois et demi de confinement, plus d’un million et demi d’élèves (sur un total de 6,7 millions) dans les écoles maternelles et élémentaires reprennent le chemin de l’école le 12 Mai.

Qu’est-ce qu’en pensent les auteurs ? Selon PAIN et IMBERT, il y avait un certain mépris et une certaine méconnaissance des parents vis-à-vis des enseignants et inversement. LELIEVRE a déclaré « traditionnellement l’école Républicaine Française s’est constituée en laissant les parents dans une position marginale dans le fonctionnement de l’école ». Selon lui, il y a un « déplacement du centre de gravité ». Avant cette période, les professeurs des écoles étaient au centre, tandis qu’aujourd’hui à cause de cette crise, ce sont les parents. Les parents deviennent alors des coéducateurs de l’école.

Comment l’école réadapte-t-elle ses relations avec les familles des élèves ? Malgré ce déplacement du centre de gravité, toutes les familles n’ont pas gardé la même relation avec l’école du fait de leur milieu social et de leur capacité de connexion. En effet, les familles qui ont renforcé leur lien avec l’école sont les familles issues de milieu favorisées. Ces familles ont des ressources comme un bagage scolaire conséquent, fournissent un cadre et mettent davantage en place des principes éducatifs. A l’inverse, les familles qui ont perdu le lien avec l’institution scolaire sont les familles issues de familles modestes. Contrairement aux familles de milieu favorisé, elles témoignent d’une méconnaissance ou la non-maîtrise des notions étudiées, des méthodes de travail ou d’apprentissages. Pour garder la relation qui unit l’école et les familles, les moyens numériques sont des moyens de communication a été un très utilisé pendant le confinement. Les écoles doivent alors depuis la réouverture rééquilibrer les relations avec les familles. Pour pouvoir garder ou renouer les relations, le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports a mis en place des dispositifs sur le site CANOPÉ.

En conclusion, nous pouvons dire que la période du confinement a été très déstabilisatrice pour l’ensemble des partenaires institutionnels. Aujourd’hui les relations ne sont plus ce qu’elles étaient avant le confinement. Les parents ont pris majoritairement une place pondérant dans les relations école/famille. Dernièrement, une loi est en débat, concernant l’instruction à la maison. L’Assemblée Nationale a validé un régime plus contraignant pour l’instruction en famille.

  • Bibliographie

Sites internet :

Ouvrages :

  • Kakpo Séverine, Rayou Patrick, « Un accompagnement parental expert. Quand des parents enseignants se mobilisent », Revue française de pédagogie, 2018/2 (n° 203), p. 15-28. URL: https://www.cairn.info/revue-francaise-de-pedagogie-2018-2-page-15.htm
  • Thin Daniel, « Un travail parental sous tension : les pratiques des familles populaires à l’épreuve des logiques scolaires », Informations sociales, 2009/4 (n° 154), p. 70-76. DOI : 10.3917/inso.154.0070. URL : https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2009-4- page-70.htm
  • Vieille-Grosjean Henri, « École et famille : vers une éducation partagée ? », La revue internationale de l’éducation familiale, 2011/2 (n° 30), p. 119-140. DOI : 10.3917/rief.030.0119. URL : https://www.cairn.info/revue-la-revue-internationale-de-l-education-familiale-2011-2-page-119.htm

Emissions de radio :

 

Autrices de l’article de blog :

Jégou Nina

Le Berre Emma

Prado Axelle

Tabuteau des Touches Clémentine

M1 MEEF PE Lorient

emma.leberre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.