Le Merle

Les merles mâles ont le plumage noir, le bec jaune et le contour des yeux (cercle oculaire) jaune. 
Les merlettes ont un plumage brun foncé, leur cou est un peu plus clair. Les petits sont appelés passereaux.
     
 
        Classification du  Merle  Règne: Animal Embranchement: Vertébré Classe: Oiseau Ordre: Passeriformes Famille: Trudidés Genre: Trudus Espèce: Merula (Merle noir)   Comme la plupart des oiseaux, les merlettes pondent des œufs dans des nids. Ils est facile de reconnaître leurs œufs grâce à leur couleur bleutée. Ci-dessous, les premières heures de passereaux :  Les merles sont omnivores. Ils s’adaptent à leur environnement et à la saison pour se nourrir. Ils s’alimentent aussi bien d’insectes, de vers, de baies et de bourgeons que de pain, de graines ou même de déchets de cuisine.
Restes de coquilles d’escargots consommés par un merle
Merle noir mangeant une baie.
Le merle est un important consommateur de Lombrics.
La Chaîne alimentaire du Merle
                  Les principaux prédateurs du merle en France sont les chats domestiques mais les renards, les fouines, les hermines et les rapaces  les chassent également quand l’occasion se présente. Pour se défendre, ou du moins prévenir ses congénères, le merle utilise son chant en guise de cris d’alarme. Les merles sont monogames, ils choisissent un partenaire et lui reste fidèle, et c’est pendant les mois de  février et mars que les couples se forment. La période de nidification (de fabrication du nid)  est comprise de mars à juillet. Le mâle marque son territoire en chantant. La femelle choisit le site du nid et le construit souvent sur un tronc d’arbre ou dans un buisson. Une merlette pond environ 3 à 5 œufs par ponte et les couve pendant environ 13 à 14 jours ( période de couvaison). Une fois sortis de l’œuf, les nouveau-nés sont nourris par les parents pendant trois semaines et le régime alimentaire est essentiellement animal. En fonction de leur lieu de résidence annuelle, et des conditions de vie dans cet environnement,  il arrive que merles et merlettes migrent vers le sud, dans ce cas on les dira migrateurs. Cependant, très attachés à leur territoire, ils n’hésiterons pas à rester dans leur région.    Il existe des représentations du merle dans la littérature notamment dans certaines fables et albums de jeunesse. Ci-dessous la fable « Le Merle et le Renard » de Jean Gautron et l’album « L’Afrique de Zigomar » de Philippe Corentin :

Le Merle et le Renard

Un jeune merle, un oiselet, Se prit le cou dans un collet. Pour le renard, la bonne aubaine, Mais pour l’autre, une fin certaine ! L’oiseau ne se démonta point :

– Je ne suis pas gras, j’en suis loin ! Ne vois-tu pas, vers le village, Portant panier d’œufs et fromages, Cette fermière qui s’en vient ? Renard, je t’offre ce festin Si tu me libères, parole !

Renard cède, l’oiseau s’envole Vers la femme, lui tourne autour. Pour l’attraper, celle-ci court, Déposant là ses victuailles. Renard s’en charge et fait ripaille Tandis qu’à l’autre bout du champ, Le merle amuse en voletant La paysanne imprévoyante.

Lorsque repu, par une sente, Goupil regagne les buissons, D’un coup d’aile, notre oisillon Au sein du bel azur s’élance.

Maudissant son insouciance, La femme reprend son panier, En pleurant dans son tablier…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “Le Merle”