Pays-Bas

HAARLEM, Février 2012

Haarlem une petite ville de 150 000 habitants située à 15 minutes d’Amsterdam et à 5 minutes de la mer du nord !

[flgallery id=12 /]

L’école Martin Luther King se situe dans un quartier populaire de la ville, et accueille environ 200 élèves pour 20 professeurs. C’est une école joyeuse et colorée, d’une grande mixité sociale, culturelle et linguistique avec des enfants aux parents d’origine multiples (plus de 20). On s’y sent agréablement bien.

L’école primaire est organisée selon 8 groupes. Les écoliers sont à l’école 5 jours par semaine de 8h30 à 12h et de 13h15 à 15h15 (mercredi jusqu’à midi). Il n’existe pas de système de cantine le midi et les élèves apportent leur repas froid, tout comme les professeurs qui mangent « sur le pouce » le midi.

La langue d’enseignement est le néerlandais donc, c’est l’anglais que vous utiliserez pour communiquer avec les professeurs et c’est également dans cette langue que vous ferez vos cours.
Pas d’inquiétudes, les néerlandais parlent tous très bien l’anglais.

La spécificité de l’école Martin Luther King est qu’elle est en collaboration intensive avec l’école Hildebrand, qui accueille des enfants ayant des difficultés d’apprentissages diverses dues à des troubles psychologiques, à des formes d’autisme, à des troubles du comportement, a de faible capacités intellectuelles, à des difficultés concentration, … mais elle n’accueille pas d’enfants présentant de handicap physique.
J’ai pu effectué une journée d’observation dans cette école, ce qui a été très enrichissant.

J’ai été accueillie par l’institutrice Astrid Keizer. Elle est née en France et y est restée jusqu’à l’âge de dix ans. Elle parle donc bien le français. Une très bonne entente règne parmi tous les membres de l’équipe éducative de cette école où l’on accueille les stagiaires à bras ouverts.

La première semaine, j’ai principalement observé. Mon emploi du temps avait été confectionné par Astrid. J’étais dans une classe différente chaque jour. Une observation limitée compte tenu de la langue d’enseignement mais très intéressante. J’ai pu voir que les TICE avaient une grande place dans l’enseignement.

Avec pour sujet d’étude, « L’apprentissage de l’anglais à l’école primaire et réussite linguistique aux Pays Bas », l’observation des séances d’anglais dans les plus grandes classes était ce qui présentait le plus d’intérêt pour moi et pour mon TER.

Pour me présenter et faire connaissance avec les élèves, ainsi que pour ouvrir de nouveaux horizons culturels de part et d’autre, j’ai présenté un powerpoint « La France, la Bretagne et le système éducatif français » aux élèves apprenant le français. Le tout accompagné d’un goûter « breton » à la fin, ce qui a beaucoup plu aux élèves.

La 2nde semaine, je suis rentrée en activité et j’ai donné 2 cours d’anglais à des CE2 et à des CM2.

A côté de ça, j’ai aussi pu réunir beaucoup de données utiles à mon TER en interrogeant à la fois les professeurs dispensant des cours de langues, les élèves et certains néerlandais extérieurs à l’école. Le personnel de l’école est très accessible pour toute discussion ou renseignements et vous aide du mieux qu’il peut pour vous sentir à l’aise et à réaliser vos activités dans les meilleures conditions.

Impressions personnelles et conseils

Pour se rendre à Haarlem, rien de plus simple ! Je me suis rendue en train de Paris à Amsterdam. Le trajet ne dure que 3h, c’est très rapide. Puis d’Amsterdam à Haarlem, j’ai pris un autre train. La ville se trouve à seulement un quart d’heure. Toutes les villes du pays sont très bien desservies, et les activités touristiques sont à portée de main.

J’ai eu la chance de pouvoir loger chez une institutrice de l’école pendant la durée du stage (autre que ma tutrice), ce qui a été une expérience formidable pour découvrir la langue, la vie culturelle des Pays Bas, la beauté d’Amsterdam et d’Haarlem ainsi que la région.
Avant de recevoir cette offre, mes recherches de logement se sont avérées difficiles et le coût de la vie est cher aux Pays Bas (similaire à celui de la France).

Sur place, je me déplaçais en vélo bien sûr! Un vélo que l’école m’a gentiment prêté. Rien de plus typique et agréable que de se déplacer à vélo dans le pays qui compte plus de vélos que d’habitants ! Toutefois, attention au trafic car les vélos ont souvent la priorité sur les piétons ! (Sinon, il y a un système de bus dans la ville d’Haarlem).

Il faut penser au froid qui peut sévir en hiver aux Pays Bas. Pendant la période du stage, le pays a connu une vague de froid et les températures sont descendues jusqu’à -15°C. Mais c’est un vrai plaisir de voir tous ces canaux, lacs et rivières gelés ! Et les néerlandais ressortent leurs patins à glace avec joie !

Ce stage fût très enrichissant à tout point de vue! Avec la découverte d’un nouveau système éducatif, une nouvelle culture, une nouvelle langue… à laquelle on s’y fait très vite !
Il faut se tenir prêt pour une immersion linguistique jouant avec 3 langues au quotidien (anglais, néerlandais et français). Avis aux amoureux des langues… cette expérience est un pur bonheur !
De plus, vous serez ébahis devant la générosité des néerlandais et cette ambiance sereine qui règne dans ce pays vous permet de vous évader pour un moment…

A noter : la « barrière de la langue » a été très présente avec les enfants les plus jeunes et la communication a été difficile à développer avec eux. Les interactions se sont faite rares, ce qui peut être assez frustrant au début. Mais rien de mieux que l’école pour débuter une langue étrangère et faire ses premiers pas en néerlandais !
Au fil du temps, un autre type de communication très intéressant se développe avec les élèves auxquels on s’attache très vite, à base d’expressions, de sourires, de gestes, d’activités créatives, …

Avec les adultes aux Pays Bas, ainsi que les élèves les plus grands de l’école, l’on peut communiquer en anglais avec eux sans problème et établir des liens.

Afin de passer un séjour dans les meilleures conditions, établir des liens avec les locaux et ne pas se sentir isolé, à noter selon moi, qu’il est plus que est nécessaire de pouvoir parler anglais couramment. La pratique de classe est déjà différente dans un pays étranger et il faut s’adapter. Elle nécessite la présence du professeur à côté car les élèves ne comprennent pas tout donc mieux vaut se sentir capable d’assurer pour tirer pleinement profit de cette expérience.

Hélas, il a fallu partir un jour… Un grand merci à ma tutrice et aux professeurs de l’école, ainsi qu’à Karin qui m’a hébergé et sans qui rien aurait été pareil. Enfin, merci aux personnes s’occupant des stages à l’étranger à l’IUFM de m’avoir permis de réaliser ce stage à l’étranger dans les meilleures conditions que l’ont peut souhaiter.

Mon adresse mail : mariion.durand@gmail.com
Site web de l’école Martin Luther King : http://www.mlkingschool.nl/ (en néerlandais).

Marion

 

ROSMALEN, Février 2012

[flgallery id=13 /]

L’école dans laquelle j’ai fait mon stage, ‘t Sparrenbos, se situe à Rosmalen, petite ville résidentielle de 23 000 habitants dans le Brabant Septentrional.

C’est une école de taille moyenne, avec deux classes par niveau. L’équivalent de la « maternelle » est dans un bâtiment séparé de la « basisschool » ( école primaire). J’ai passé la plupart de mon stage dans l’une des classes du groupe 8 ( Les plus grands, 12 ans, l’école primaire dure en effet une année de plus qu’en France).

Dans ce groupe, deux enseignantes m’ont principalement accueillies; Christa Verkammen, mon contact  » officiel » qui enseigne dans la classe le mercredi matin et le vendredi matin, et Yvette Wijtman, le reste de la semaine. Comme la plupart des néerlandais, elles parlent toutes les deux parfaitement anglais!

La maîtrise de l’anglais est évidemment indispensable pour ce stage! Les leçons ont lieu en néerlandais, il faut donc avoir l’œil aux aguets pour saisir tous les détails de l’organisation de la classe et des séances. Mais pas d’inquiétudes à avoir, tous les enseignants sont très sympas et font des apartés anglaises dans leurs cours ( le néerlandais fait un peu l’effet d’une langue extraterrestre au début, mais on s’habitue vite et on fini même par reconnaître des mots récurrents!)

Cette école possède deux particularités très enrichissantes: C’est une  » Pacific school », c’est à dire qu’un système à été mis en place pour que les enfants règlent leurs conflits en autonomie ( c’est d’ailleurs très impressionnant quand une de ces scènes a lieu: tout le monde devrait en prendre de la graine! )

Il y a aussi un regroupement spécifique de différenciation pour les élèves les plus performants  ( qu’on appelle  » highly-gifted children ») . Pour chaque niveau, des élèves ont été sélectionnés, ils ont un enseignant particulier quelques heures par semaine qui leur fait faire des Sciences de manière informelle. Theo Baden, c’est le nom de cet enseignant, a été très ouvert pour répondre à mes nombreuses questions, puisque j’avais décidé de faire mon rapport sur la différenciation pédagogique ! ( ces leçons ont donc été une véritable aubaine pour mon rapport, et m’ont permis de découvrir différents types de pédagogie…)

Les aménagements pour l’autonomie et la responsabilisation des enfants sont donc très nombreux, il en découle une organisation d’école assez particulière et très enrichissante, que ce soit au niveau de l’organisation matériel, ou des groupes d’élèves.

L’école possède un site internet, en néerlandais seulement, mais assez compréhensible: http://www.ecsparrenbos.nl/ (photos de l’école, des professeurs, des enfants… vive google traduction!)

Concernant le logement et le transport, j’avais choisi de loger dans la ville la plus proche, plus grande. Cette ville possède ( étrangement) plusieurs noms, dans toutes les langues ou presque: ‘s Hertogenbosh, Den Bosch, Bois-le-Duc ( et oui, même un nom en français), Bolduque en espagnol… et j’en passe.

Pour ses habitants, elle s’appelle Den Bosch ( Prononcez Den BooS !). Elle est assez jolie et typique, avec une immense cathédrale « Saint John » ( et son ange au téléphone portable) qui est un peu une fierté locale… J’ai pu la visiter avec Rien ( il faut prononcer « rin ») qui était mon intermédiaire entre Valérie le Meur et Christa.

J’ai choisi de loger en couchsurfing dans la ville, chez un couple charmant qui a bien animé mes soirées de grandes discutions et m’a fait visiter la ville ! ( Si vous voulez des infos sur le couchsurfing, n’hésitez pas à me demander, je suis une adepte désormais).

Pour rejoindre l’école de Rosmalen, j’ai utilisé le train ( transport favori des néerlandais après le vélo), qui est à 5 minutes à pied de l’école. Ou à 10 minutes, s’il neige et qu’il faut se déplacer en glissant des pieds…

Den Bosch est d’ailleurs idéalement situé pour toutes escapades en train à travers les Pays-Bas, à Rotterdam, Amsterdam, Nijmegen,… ce n’est jamais à plus d’une heure. ( sauf en cas de tempête de neige, où ça peut aller jusqu’à 6h pour rejoindre Amsterdam…mais ça permet de discuter avec les néerlandais dans le train!) C’est l’occasion de découvrir les Pays-Bas!

Tous le monde sera d’accord pour vous prêtez un vélo, dans le cas où il ne neige pas. Les Pays-Bas ont vraiment été inventé pour ce transport! ( Si vous mesurez 1m60 comme moi, ce n’est pas une légende, les néerlandais sont TRES grands… leurs vélos aussi ! Alors attention aux chutes!)

Bref, même si cette ville n’est pas bien grande, les gens y sont vraiment très sympathiques, j’ai pu passé dans beaucoup de classe de l’école où chaque professeur m’a gentiment accueilli, donné des conseils… Tous le monde a été très patient et toujours d’accord pour des explications et des réponses aux questions! Prévoyez vos patins à glaces, on ne sait jamais, et préparez vous à une super expérience humaine!

N’hésitez pas à me contactez, pour toute question: marie.vives@yahoo.fr

 Marie

  

GRONINGEN, Février 2012

[flgallery id=15 /]

Stage pratique à la Groningse Schoolvereniging (GSV pour les intimes, et le G se prononce « Ré », autant vous le dire tout de suite cela vous évitera quelques gentilles moqueries). Donc si vous avez bien suivi, lorsque je vous parle de la ville de Groningen dans laquelle s’est déroulée mon stage vous entendez « RRrrroningen ».

Ah ça oui, le néérlandais est une langue particulière et il faudra tendre l’oreille pour en repérer les régularités et retenir l’essentiel, mais plutôt pour votre culture personnelle, pas vraiment pour communiquer car aux Pays Bas, tout le monde parle anglais. C’est encore plus vrai à l’école GSV qui est une école particulière :

La GSV est une école privée qui assume fièrement sa place dans le top 10 des écoles du pays (vous l’entendrez plusieurs fois lors de votre stage).

Il y a environ 650 élèves et une cinquantaine d’enseignants. En plus des professeurs des écoles qui ont leur propre classe comme en France il y a beaucoup d’intervenants : en EPS, en musique, en TICE et surtout en langue vivante. L’enseignement de l’anglais est au cœur des orientations de l’école qui propose une découverte de la langue dès 4 ans.

Ces enseignants anglophones forment la « T.T.O Team », c’est avec eux (ou plutôt avec elles) que vous passerez le plus de temps. Audrey, votre contact privilégié est l’une d’entre elles. C’est une personne incroyable qui fera en sorte que votre séjour se passe du mieux possible et vous n’aurez envie que d’une chose à l’issue de celui – ci : revenir !

La première semaine a été organisée par Audrey et avait pour objectif de me faire découvrir un maximum de situations d’enseignement : du groupe 1 au groupe 6 (le groupe 1 correspond à la moyenne section, vous pouvez donc déduire le reste.), j’ai suivi Audrey mais aussi les autres enseignantes anglophones (Pip, Fabienne (oui, une française, mais qui parle 6 langues et dont l’anglais est parfait) et Corinna) au sein des classes dans lesquelles elles interviennent, mais également à un cours d’EPS en anglais (avec le beau Leon, 23 ans qui si vous avez un peu de chance, vous emmènera boire un verre en ville pour vous faire découvrir l’aspect jeune de Groningen ! Mais je n’en dit pas plus, je n’ai pas envie de créer un surnombre de candidatures féminines pour ce stage …).

Lors de cette première semaine j’ai pu également observer plusieurs classe de l’ID (International Department = des élèves nouvellement arrivés aux Pays Bas et/ou anglophones). Dans ces classes, la langue de scolarisation est l’anglais et les enseignants ne suivent pas le programme hollandais mais l’IPC (International Primary Curriculum). Les enseignantes sont adorables encore une fois et feront tout pour que vous vous sentiez à l’aise dans leur classe.

Une petite vidéo pour vous montrer un peu l’ambiance d’une classe : introduction d’une séance de calcul mental en utilisant le TBI :

P2060019

Enfin,  j’ai pu assister à plusieurs cours au sein des classes Leonardo (deux classes multiple niveaux dont la particularité est qu’elles rassemblent des élèves précoces. Ces classes ont donc un mode de fonctionnement très particulier et passionnant.

La deuxième semaine vous pourrez vous organiser avec Audrey pour mettre en place des séances dans les classes que vous souhaitez, elle est très à l’écoute de vos envies donc c’est à voir avec elle.

Pour faire court, cette école est un lieu rêvé pour faire des recherches pour un TER

  • développement du bilinguisme via le CLIL (ex. EPS en anglais)
  • scolarisation des enfants précoces
  • utilisation des TICE
  • la différenciation pédagogique …

Mais également pour passer un séjour riche en échanges humains (vous serez invités quasiment tous les soirs de la semaine : au ciné ou au resto par Audrey ou bien chez elle, par des enseignants que vous n’avez croisé qu’une fois mais qui mettent un point d’honneur à vous montrer l’hospitalité des hollandais, par Fabienne et sa famille française à laquelle vous ne pourrez que vous attacher et qui vous emmènera patiner sur les lacs gelés …)

Infos pratiques

L’école a un site web à jour et traduit en anglais : http://international.g-s-v.nl/ vous avez de quoi assouvir votre curiosité avant de partir et glaner quelques informations comme les horaires de l’école etc.

Je vous les note quand même ici :

Lundi/mardi/jeudi/vendredi 8h30-15h

Mercredi 8h30-12h30

Passons aux conseils 

  • évidemment il faut parler anglais, si vous voulez tirer le maximum de ce stage, vous échangerez tous les jours avec beaucoup d’enseignants aux profils différents qui seront ravis de vous renseigner sur leur pratique.
  • début février, il fait froid : jusqu’à -15 lors de mon séjour mais apparemment c’était exceptionnel.
  • entraînez vous à patiner si ce n’est pas votre truc, vous ne pourrez pas y échapper c’est le sport local, tous les enfants vont patiner après l’école et le weekend avec leurs parents, les hollandais à cette période vibrent pour l’Elfstedentocht, une course de 200km sur les canaux gelés qui n’a lieu que les années de grand froid.
  • pour le logement, je vous conseille de chercher dans le centre ville. Vous allez avoir beaucoup de temps libre donc c’est agréable d’avoir la ville à vos pieds. Pour ma part j’ai trouvé une sous location intéressante : une chambre très chouette dans la rue principale de la ville, vous pouvez me contacter si vous voulez les coordonnées. Sinon il existe un groupe facebook où les étudiants qui souhaitent sous louer leur appartement/chambre mettent des annonces : https://www.facebook.com/groups/162781577095263/
  • Pour ce qui est des transports Groningen est relié à Amsterdam par train (2h30, wifi gratuit à bord c’est plutôt confortable et bien moins cher que notre cher SNCF, 23 euros et pas besoin de réserver.) horaires ici : http://www.ns.nl/

Audrey vous prêtera un vélo et si vous ne vous sentez pas de faire les 20 min qui séparent le centre ville de l’école à vélo vous avez toujours l’option du bus. (horaires ici :http://9292.nl/)

Voilà l’essentiel, je n’en dis pas plus pour vous laisser découvrir et vous laisser emporter par ce beau pays, ces personnes incroyablement accueillantes, ces enfants … ENJOY !

P2100053

If you’re happy and you know it clap your hands !

(Selon une étude japonaise, les Pays Bas sont le pays où les enfants sont le plus heureux au monde.)

Marion

Les commentaires sont clos.