Centrafrique

BANGUI, Février 2012

[flgallery id=25 /]

Nous avons poursuivi le partenariat créé l’an dernier et nous avons eu la chance de passer 3 semaines en stage à Bangui.

Nous étions dans deux écoles publiques du centre-ville de la capitale qui se partagent les mêmes locaux, en alternance le matin et l’après-midi. Les élèves sont à l’école soit le matin, du lundi au samedi, de 7h à 12h, soit du lundi au vendredi, l’après-midi de 12h30 à 17h. Nous avons passé une semaine dans l’école centre-garçons puis une semaine dans l’école centre-filles. Ce sont deux écoles d’application (qui forment les futurs enseignants), créées en 1958 par des Français et dirigées par des Centrafricains  à partir de 1973.

Cette école peut être considérée comme privilégiée dans la mesure où les effectifs sont plus réduits que dans les écoles aux alentours qui avaient en moyenne 100 ou 150 élèves par classe. En ce qui concerne nos écoles, cela allait de 30 à 90 élèves par classe. Ainsi, les méthodes d’enseignement devaient être adaptées pour ces effectifs élevés.

Nous avons été très bien accueillies par le personnel enseignant ainsi que par les partenaires officiels de l’Ambassade de France et du Ministère de l’Education. Ils nous ont permis de rencontrer notamment la Ministre de l’Education ainsi que d’autres acteurs locaux en visitant d’autres écoles.

Ce stage a été une expérience très enrichissante tant du point de vue humain que professionnel et culturel.

Astrid et Stéphanie

BANGUI, Février 2011

[flgallery id=2 /]

Cette immersion de 27 jours en République Centrafricaine, en plein coeur de l’Afrique, m’a apporté énormément de choses…
Professionnellement, j’ai pu, avec ma partenaire de voyage Morgane Cherel, m’ouvrir sur une vision de l’école très différente de la nôtre, avec des pratiques et des environnements parfois surprenants. Nous avons donné des cours à des enfants dans des conditions assez difficiles et bien souvent sans aucun support matériel. Nous avons eu la chance de visiter différentes structures d’accueil du Fondamentale 1 à Bangui et notamment une école de brousse recevant l’aide française. De plus, nous avons eu l’occasion de participer à différents projets d’écriture dans le cadre du développement de la Francophonie, avec l’association des Directeurs d’école primaire et sous la direction de Madame Vandromme, maître formateur, titulaire du Cafipemf.
Par ailleurs, grâce à Jean-Philippe Deschamps, Inspecteur de l’Education Nationale et attaché de coopération éducative au Service de coopération et d’action culturelle (SCAC) de l’Ambassade de France en République Centrafricaine, qui nous a accueillies et a organisé notre séjour, nous avons eu l’honneur de rencontrer des personnes influentes dans le domaine de l’Eduaction et de la coopération internationale notamment le ministre de l’Education, le Consul de France, le président de l’Association des directeurs d’écoles, le président de l’Alliance Française à Bangui et bien d’autres…

Humainement, cette expérience a été magique! Nous avons fait des rencontres de plus en plus enrichissantes chaque jour. Nous avons passé un après-midi avec les soeurs de Mère Térésa, en animant des activités pour les orphelines et nous avons visité les malades dont elles s’occupent. Tellement de gens nous ont tendu la main et invitées à découvrir encore d’autres lieux, d’autres façons de vivre (les volontaires internationaux, les enseignants du lycée français, le colonel Marconnet et sa famille, Serge Duchesne et surtout les autochtones)… Nous avons appris également beaucoup sur nous même et ressortons grandies et plus matures de ce stage.

Nous étions apparemment les premières stagiaires à venir dans les écoles de Bangui et nous sommes heureuses et fières d’avoir ouvert la marche à une belle et longue collaboration professionnelle entre la France et l’Afrique Noire…

Un dernier mot pour dire que je souhaite à tout le monde de vivre une telle expérience! Une expérience qui s’avère être bien plus qu’un voyage, c’est une aventure humaine inestimable et inoubliable…

Lucie

Les commentaires sont clos.