Matière, transparence et opacité

Lucile ROIGT, Camille NAËL

Notre production plastique, « Bouteille à la mer », représente l’univers marin sous la forme d’un tableau en relief. Pour cela, nous avons travaillé à partir d’une bouteille en verre et d’un coffre en bois, que nous avons détourné de leur fonction d’origine. Nous avons également utilisé un carton, du papier, un cadre en bois et de l’argile.

Attendez la nuit, et allumez l’œuvre…

BOSSE Emma, DIVOUX Mathilde, SEGUIN Estelle

Notions abordées : Matériaux, volume, lumière, couleurs.

Questions d’apprentissage :

  • En quoi les jeux d’ombres et de lumière donnent une autre dimension ?
  • Comment associer les couleurs pour différencier les couleurs chaudes des couleurs froides ?
  • Quel geste pour quel effet ?
  • Comment utiliser l’opacité et la transparence des matériaux ?


Juste avant la nuit, allumez les lumières…
… la lumière existe même pendant la nuit.

Physalis : quand éphémère rime avec mystère…

Lucile MAGAND – Elise MAHE – Karine LAVALLEE (M1 PE A2)

La création d’un mobile sonorisé nous a permis de travailler la notion du volume, tout en exprimant transparence, légèreté et équilibre. C’est le mystère du physalis qui a orienté notre recherche plastique et sonore, par l’utilisation de matériaux traduisant le physalis dans son état de fleur sublimée. La cohérence de l’oeuvre se trouve renforcée par l’ajout d’un univers sonore sur base de travail vocal comme un écho à la nature…

Comment retranscrire émotions et ressentis à partir du vivant ?
Comment représenter l’éphémère, la transparence, la légèreté, la fragilité et le mystère à partir du physalis ?
Représenter, est-ce reproduire ?



« Le travail de l’artiste est toujours d’approfondir le mystère. » Francis Bacon

L’image et son référent – gravure et numérique

A partir de l’entrée du programme: « l’Image et son Référent », travail autours de la notion de canon de beauté : Création d’une photographie composite à partir de figures issues de la culture artistique et populaire, puis changement d’état et passage à la gravure…

Techniques: Numérique (Photofiltre, MonkeyJam, Avidemux), Gravure (matrices expérimentales).

l’image et son référent, Radegonde Ludivine

Du sténopé au théâtre d’ombres


Atelier de Pratique plastique réflexive avec Pascal Bertrand

J’ai commencé par utiliser des boites préparées pour réaliser des photographies argentiques grâce au principe du sténopé.

Puis j’ai fait des liens entres mes premiers travaux et l’univers onirique du théâtre d’ombre.

Du sténopé au théâtre d’ombres

Célia BONILLI

Hybridation – Image réelle

BOLUSSET Célia _ Dossier M1 (s1- 2014-2015) _ Situation de pratiques_ Atelier Numérique de Pascal Bertrand

http://python.espe-bretagne.fr/blog-plc1-arts-plastiques/wp-content//Hybridation_-Image-réelle.pdf

La figure hybride est une question apparut depuis longtemps dans de nombreuses cultures telles que la mythologie grecque ou égyptienne, de même qu’au niveau des peuples asiatiques et amérindiens. Il faut néanmoins replacer l’hybride dans son espace symbolique et non en tant que processus artistique. Il représente un symbole qui porte généralement une signification d’accouplement, de croisement, ou d’association d’éléments de natures différentes.

Sur le plan plastique l’hybride est traité stylistiquement et possède une certaine uniformité. Le statut de l’hybride a évolué en intégrant des formes de nature hétéroclite, plastiquement il s’inscrit dans un processus d’imitation ou d’emprunt, de combination, de mélange, ce qui implique de nouvelles relations entre composition, forme et figure. L’hybridation est en ce sens un processus.

Continuer la lecture de « Hybridation – Image réelle »