PISTO-CHOC

Par Marine LEMESLE, Yann GUILLOU et Laëtitia GASPARD

Quand 3 objets se rencontrent, c’est le CHOC !!!

Notion abordées : Matière, couleur et espace

Questions d’apprentissages :

  • Comment créer un lien entre plusieurs objets ?
  • En quoi customiser (détourner) un objet peut il changer sa fonction ?
  • De quelle manière pouvons nous raconter une histoire avec des objets ?

Objectif :

Mettre en scène des objets différents et les mettre en lien

But pour les élèves :

Réussir à raconter une histoire avec leurs objets en les détournant ou en les customisant

Moyens :

1 objet chacun (du quotidien, de taille normal), on laisse à disposition le matériel qu’ils ont besoin (liberté du support)

Consignes :

Par groupe de 3, créer une histoire mettant en lien 3 objets

Contraintes :

Les élèves doivent effectués la consigne à partir de 3 objets très différents, de leurs choix, et changer la fonction et l’apparence initiale

Références artistiques :

  • Flash Gordon : Fantastique Kitch des années 80 : la science fiction se mêle au fantastique et au grandiloquent. Le fantastique moderne d’aujourd’hui.
  • Les photographies miniatures de Tanaka Tatsuya, artiste japonais qui met en scène des objets du quotidien.

liens programme : Cycle 3

-> Les fabrications et la relation entre l’objet et l’espace

-> L’hétérogénéité et la cohérence plastique

-> L’invention, la fabrication, le détournement, la mise en scène des objets

-> L’espace en 3 dimensions

Livre pour enfants « extra large »

Matthieu RENAULT, Sandrine QUINTIN, Aurélie PAULET

Qui garde son âme d’enfant ne vieillit jamais.

Abraham Sutzkever

Notions abordées : espace, matières, couleurs.

L’objectif de notre séquence d’apprentissage est d’amener les élèves à distinguer l’image d’un objet de l’objet lui-même en détournant un jouet qu’ils auront préalablement choisi, et ce à travers le dessin et/ou le collage et avec différents matériaux, afin qu’ils se rendent compte de la diversité des représentations liées à l’imaginaire de chacun. Le but ici est donc de guider les élèves pour qu’ils utilisent le dessin dans toute sa diversité comme moyen d’expression (imagination, émotions, sensibilité).

En termes de moyens, tout le matériel présent en classe reste à leur disposition afin qu’ils réalisent l’influence des outils et des matériaux sur leur production et qu’ils observent les effets produits. Leur seule contrainte est d’utiliser diverses matières afin d’enrichir leur création et d’en augmenter la profondeur (donner plus de sens aux choix qu’ils ont fait dans leur représentation plastique).

Afin de permettre la verbalisation, quelques questions sont posées :

Pensez-vous qu’une chose peut être représentée par une autre ? Y a-t-il des matières qui permettent de représenter des éléments naturels ?

Réaliser cette production nous a donc permis de soulever des questions d’apprentissage :

Comment associer des matières pour contribuer à la représentation du monde : du vivant/non-vivant ? Comment apprécier les proportions, occuper l’espace afin de transgresser les standards ? Comment inviter à la découverte et à l’onirisme ?

____________________

Références artistiques :

Littérature de jeunesse, divers livres pop up et livres avec matières à toucher

  • Bernard et le monstre, David McKee (1981)
  • Poèmes du petit matin, Claude Haller (2010)
  • Poésies de Jacques Prévert

Liens vers le programme :

  • Utiliser le dessin et/ou le collage dans toute sa diversité comme moyen d’expression (représenter le monde environnant ou donner forme à son imaginaire)
  • Prendre en compte l’influence des outils, supports, matériaux et gestes sur la représentation en deux et trois dimensions
  • Observer les effets produits par les diverses représentations, confronter sa perception à celle des autres
  • Exprimer son imagination, ses émotions, sa sensibilité, recherche une expression personnelle
  • Relation entre l’objet et l’espace

Ceci n’est pas un poulailler

Hyacinthia Bonnet, Julie Desprat, Julie Betsch

On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. On ne mélange pas les couleurs sans les toucher?

Dans ce projet artistique, la couleur matière laisse place à la couleur lumière, impalpable mais observable, tout en variations de nuances, tons et teintes.

A partir d’un tableau pop art, mettant en scène des cocottes d’un blanc immaculé et un fond pop bleu, jaune et rouge, le spectateur pourra interagir avec la lumière à l’aide de filtres de couleurs.

Pour en savoir plus, reportez-vous au tableau qui répondra à toutes vos questions.

http://blog.espe-bretagne.fr/blog-artsvisuel-m1m2-sb/wp-content/uploads/Tableau-artpla-OBJET-M1PES72019-1.pdf

Le jeu des formes

Sarah Dubrulle, Laura Amiot, Lauria Masson

Nous avons choisi de travailler autour de la forme et de l’espace. A travers une exploration de la couleur, de la matière, du corps, des différentes échelles, nous avons pensé un projet en plusieurs dimensions.

Les objectifs étaient de travailler l’imaginaire et la sensibilité et la mise en oeuvre d’un projet artistique à plusieurs. En prenant l’objet comme point de départ, la contrainte principale de ce projet était la représentation d’une forme de plusieurs façons.

En cours de production… Travail sur le geste, peindre autrement, en utilisant son corps et des outils innovants.

“La mue du fouet”

Jessica Renaud,    Florine Moulin, Diane Panissard

Les notions principales abordées: espace, corps, couleur, matière

Les moyens du projet : utilisation d’un objet (nous avions opté pour un fouet) et de ses différentes traces en fonction de son mouvement, d’une grande feuille blanche cartonnée, de feuilles mortes et de peintures, de colle, de scotch, de feu, d’ air…

Étapes du projet :

Quatre séances ont été nécessaires à l’élaboration de notre projet :

1- un temps de collecte d’objets et de réflexion ;

2- un temps de découverte du potentiel de l’objet, détourner l’objet de sa fonction (l’utiliser comme outil pour peindre) ;

3- faire émerger d’autres idées à travers nos émotions (ajout de feuilles mortes éparses : nature) ;

4- prendre du recul sur l’oeuvre plastique dans son ensemble et se concentrer sur le support (brûler les contours et créer un autre/ nouvel espace).

Consignes données au élèves avec une contrainte imposée :  

“Trouvez les traces que peuvent faire différents objets.”

En séance 1, laissez un maximum de traces avec un même outil en tirant partie de toutes ses caractéristiques, en faisant différents mouvements corporels.

A partir de différents supports, médiums et outils mis à votre disposition. 

Travailler par groupe de 2 ou 4

Vous ne devez jamais toucher au support sans passer par un outil intermédiaire.

Vous ne devez pas faire des formes, mais bien des traces. Le mouvement doit être aléatoire, non contrôlé, improvisé. 

En deuxième séance, revenir sur les travaux d’élèves en essayant de trouver chez les autres groupes par quels mouvements sont apparues les traces. Mettre des mots sur ces gestes et se créer un vocabulaire autour de l’empreinte.

En troisième séance, réutiliser les objets et les différentes manières de faire trace en créant un scénario mettant en scène des personnages empreinte. Cela permettra de réactiver le vocabulaire abordé en séance 2.

But pour les élèves: détourner un objet de son usage habituel ; faire place à l’imagination et à la créativité afin d’exprimer diverses émotions; trouver les différentes traces que peut laisser un objet, utiliser le langage corporel et danser le mouvement; développer le vocabulaire

Questions posées aux élèves lors de la verbalisation: Comment avez vous procédé pour ne pas toucher votre support ? Pourquoi avoir choisi d’associer ces matériaux ? Avez-vous modifié l’intensité de votre geste pour que la trace paraisse différente ? Comment présenter la production finale ? Comment retranscrire nos émotions ?

Lien avec les programmes:

Langage corporel, langage pictural, langage verbal

Participer à la prise d’assurance des enfants en traversant ces différents domaines

A partir d’une première séance où les élèves feront trace, faire un retour en groupe. Faire un lien avec le français en créant un vocabulaire (appuyer, fouetter, rouler, frotter) qui sera exploité dans les séances d’après

Nos objectifs pour la séquence d’apprentissage: modifier la perception d’un objet; laisser une trace; donner place à l’imprévu et à l’imagination; rechercher l’artistique; modification d’une gestuelle.

Références artistiques :

Trisha Brown, Un dessin, une danse

Ces dessins sont aléatoires et se laissent guidés par les mouvements du corps. Il y a ici un lien à faire entre la danse et l’art contemporain, notamment concernant le geste et la trace.

Nous avons choisi cette référence pour la gestuelle des coups de fouet sur le support, est ce le corps qui suit le mouvement ou le corps qui porte ce mouvement au hasard?

Saburō Murakami traverse les écrans de papier lors de la deuxième exposition “Gutaï” présentée à Tokyo en 1956.

Gutaï –“Gu” pour “instrument” et “Taï” pour “corps”– est un mouvement avant-gardiste fondateur de l’art contemporain mondial né au milieu des années 1950. Il y a mise en avant des corps, des éléments et de la matière. Pour accéder à cette exposition, le visiteur doit  transpercer les feuilles avec son corps tel un marteau. Ici, en référence à notre travail, l’objet devenu serpent vient traverser le support pour créer un nouvel espace. Est-ce un vide ou une continuité de la scène par la création d’un espace? Le vide immatériel permet au mouvement d’exister

Les poupées rouges

Monnier Romane, Moreau Mathilde et Pennanech Anaïs

A partir d’un objet, nous avons choisi de représenter le corps. S’en suivent des questions sur le vide, le plein, quelle est l’importance de chacun ? Le vide permet le mouvement. Les artistes l’ont bien compris et c’est ce sur quoi nous avons choisi de travailler. Pour cela nous avons utilisé le principe des poupées russes. De plus, le travail du rouge et de ses nuances a été un axe important dans notre production.

Questions d’apprentissage

·        Comment se réapproprier un objet du quotidien ?

·        Comment représenter le vide ?

·        Comment faire prendre conscience aux élèves de
l’importance du vide ?

·        Comment représenter le plein ?

·        Comment représenter une structure ?

·        Comment modéliser un corps ?

·        Comment créer du contraste ?

·        Comment créer des nuances de couleurs ?

·        De quelles manières sont créées les couleurs ?

Oeuvre finale

Matière, transparence et opacité

Lucile ROIGT, Camille NAËL

Notre production plastique, « Bouteille à la mer », représente l’univers marin sous la forme d’un tableau en relief. Pour cela, nous avons travaillé à partir d’une bouteille en verre et d’un coffre en bois, que nous avons détourné de leur fonction d’origine. Nous avons également utilisé un carton, du papier, un cadre en bois et de l’argile.

La matière en action

Marcy MOISAN, Zoé PENFORNIS, Emma ROBERTS

Notre projet s’axe sur l’environnement de nos jouets. Le fait d’avoir choisi de travailler uniquement sur l’environnement nous a permis d’exploiter de nombreux matériaux, diverses notions, diverses références artistiques et nous a amené à la réalisation d’un stop motion. 

  • Comment concevoir un décor/environnement à partir d’un jouet usagé (petit train, ourson) ? 
  • Comment créer une sensation volume à l’aide de différentes matières/matériaux ? 
  • Comment rendre le jouet usagé très petit (petit train) /immensément grand (ourson) par rapport à son environnement ? 
  • De quelles manières peut-on créer des traces/des empreintes ? 
  • Comment créer de la matière à partir de la peinture ? 
  • Quelles techniques peut-on utiliser pour représenter un élément du réel (feuilles) ? 
  • Comment obtenir des couleurs secondaires à partir des trois couleurs primaires ? 
  • Comment mettre en scène le jouet usagé dans son environnement/décor ? 
  • Comment travailler différentes matières dans une seule production ? 
  • De quelle manière peut-on garder une trace de cette mise en scène (stop motion ou prise de vue photographique) ?