Émilie Gautier – Option Photographie – Cycle 4 et Lycée

Collège, cycle 4: l’œuvre, l’espace, l’auteur, le spectateur.

« La relation du corps à la production artistique : l’implication du corps de l’auteur ; les effets du geste et de l’instrument, les qualités plastiques et les effets visuels obtenus ; la lisibilité du processus de production et de son déploiement dans le temps et dans l’espace : traces, performance, théâtralisation, événements, œuvres éphémères, captations. »

Version 2:

Lycée, Première Spécialité: La représentation, ses langages, moyens plastiques et enjeux artistiques.

Rapport au réel: mimesis, ressemblance, vraisemblance et valeur expressive de l’écart: « Représentation et création : reproduction, interprétation, idéalisation, approches contemporaines, apports des technologies, etc. Moyens plastiques et registre de représentation : Volonté de fidélité ou affirmation de degrés de distance au référent, etc. »

Version 2:

2 réflexions sur « Émilie Gautier – Option Photographie – Cycle 4 et Lycée »

  1. Bonjour Emilie,
    ensemble assez prometteur.
    Au collège:
    L’analyse de la photographie de Sherman mériterait davantage de détours réflexifs.
    Ta contrainte est opérationnelle :  » Varier les procédés et les situations. Vous présenterez 4 prises de vue ». Mais pour être plus efficace, elle doit être complétée par la présence du corps ainsi que le terme « énigmatique » . Cet adjectif qui mériterait un échange oral avec les élèves ( ambigu, équivoque, mystérieux, obscur, étrange, inexplicable ) est le déclencheur de questions que les élèves vont rencontrer lors de leur prise de vue.
    En ce sens, tu pourrais émettre des hypothèses de travaux d’élèves (sous la forme de croquis par exemple ou de photographies que tu aurais réalisées) et détailler davantage tes modalités d’évaluation.
    Merci de compléter toutes ces précisions demandées.
    coquille à corriger, merci : hors-champ(s)(sans s) – Dans « Shining » de kubrick… jack Torrance et son fils Danny (et non sa fille) – la présentation oral –
    Au lycée:
    Je comprends l’intérêt de ta proposition, mais trois séances de cinq heures , soit 15 heures pour ce travail, c’est trop long selon moi.
    Dans le cas d’une pédagogie de projet (celui de l’enseignant, comme celui de l ‘élève) il est particulièrement important d’établir un cahier des charges rigoureux et un déroulé progressif sur l’articulation d’une séance à l’autre (échanges, focales artistiques, rendus intermédiaires, relances, rythmes d’apprentissages différent, articulation théorie/pratique…) Vois à cet effet, un point sur le carnet de travail des élèves au lycée: https://arts-plastiques.ac-versailles.fr/IMG/pdf/ressource_carnet_de_travail_ap_202001.pdf.
    Tu peux aussi t’entraîner à des quizz, sur le même site de l’académie de Versailles:
    https://view.genial.ly/5e763cc38a1d0d0d986c621f/learning-experience-challenges-collaboration-et-co-creation-entre-artistes
    Pour l’articulation fiction/réalité, je t’invite à consultes l’article sur Céline Ahond, sur le blog (catégorise galerie d’art), et son « jouer à faire semblant pour de vrai ». Nous l’accueillerons l’an prochain , en résidence d’artiste à l’Inspé.
    Je te remercie de laisser tes premières versions sur le blog et d’y insérer tes nouvelles versions dans le même article.
    Bon courage pour tes révisions, Emilie.
    Bien à toi
    Pascal B

  2. Bonjour Emilie,
    tes deux nouvelles versions sont plus abouties et tiennent compte de mes remarques.
    Je t’en remercie.
    Porte-toi bien.
    Pascal B

Laisser un commentaire