Situation d’enseignement – Candice Aragonez – Sarah Gasnier – Clémence Nejar

Nous avons décidé d’élaborer une séquence d’enseignement de deux séances en lien avec les notions : corps – outils – matière

Nous invitons les élèves à réfléchir sur plusieurs enjeux, problématiques : Comment peindre sans pinceau ?   Quels sont les effets du gestes et de mouvements dans la pratique pictural ?
Puis, Comment retranscrire la musique sur papier ? à travers un EPI avec le professeur de musique.
Chacun de ces questionnements  a un objectif spécifique, en lien avec les programmes.

Nous avons pensé à deux incitations :

 Bouger, peindre performer

 

Dessiner la musique

Cliquez ici afin de visionner notre proposition.

 

 

Une réflexion sur « Situation d’enseignement – Candice Aragonez – Sarah Gasnier – Clémence Nejar »

  1. Les références artistiques (à condition qu’elles se situent bien à la fin ou entre deux cours de pratique)et au programme sont justes.
    Dans ce type de dispositif « débridé « cela demande une logistique matérielle, temporelle…très stricte dans la gestion des déplacements, des matériaux. Même des élèves de 3ème ne sont pas tous autonomes ! C’est un long apprentissage qui passe aussi par la confiance que vous leur accorderez, cours après cours, en lâchant petit à petit du lest. Un EPI pourra faciliter cette organisation à deux professeurs, comme vous semblez le mentionner, notamment pour la phase filmée.
    La contrainte « sans laisser de blanc » est peu opérationnelle et peu judicieuse si l’on veut appréhender et explorer les gestes de tracé, dans ses dimensions sensibles, expressives, corporelles. En revanche, que les traces précédentes s’ajoutent, se superposent aux autres précédentes plutôt qu’elles ne les effacent obligent les élèves, une fois les premières traces effectuées à réfléchir à la suivante pour ne pas tout recouvrir. On sollicite ainsi la composition ou l’agencement des différents tracés dans un espace donné (drap au sol si j’ai bien compris) et l’on met en avant le cheminement créatif suivi par les élèves.
    Le prolongement musical évoqué est tout à fait jouable.
    Continuez ainsi
    Pascal BERTRAND

Laisser un commentaire