Investigations autour des programmes, en vue de dégager des situations d’enseignements et des questions d’apprentissage

le statut de l’erreur

C’est dans cette catégorie que vous déposerez (par trinôme de stage) le résultat de vos investigations autour des programmes – notions et questions d’enseignements. Consultez avant le:

cahier des charges CM programmes

cahier des charges CM programmes (en pdf)

Aides: 

Doct 4 questions d’apprentissage cycle 3

Doct 5 questions d’apprentissage cycle 4

Doct 8 notions et réf arts (présentation)

Lexique_AP_domaines_de_pratiques

Lexique_Elements_du_langage_plastique-

Vous en ferez un retour oral réflexif, plus tard, en vous appuyant sur votre article déposé sur le blog.

 

Paysage commun

Raphaël – Thomas – Eugénie – Alice

Pendant l’atelier de photographie, nous avons dégagé une réalisation plastique construite à partir de nos erreurs et accidents dans nos productions.

L’erreur est-elle négative ? Comment peut-on construire à partir de ses erreurs ?

Créer un paysage à partir d’objets collectés pour réaliser une photographie.

Jérémie Stortz, Lola Thomin, Léa Bénétou.

Lors des heures en atelier, nous avons découvert des procédés de création et travaillé notre vision du paysage via des techniques de gravure et cyanotype entre autre.

Dans un second temps nous avons imaginé une séance de travail pour des élèves de cycle 3 sur la question de la représentation du paysage.

Composition à partir d’objet trouvés dans l’espace de travail pour réaliser un rayogramme.

Carnets de bord:

Séance pour cycle 3: Composition d’un paysage:

Composition à partir d’objet trouvés dans l’espace de travail, représentant un paysage.
Deux prises de vues différentes, pour une composition d’un paysage réalisé à partir d’objets collectés.

Estampes

« Gammes d’empreintes »

Pratique personnelle

Dans le cadre de l’atelier estampe, ma réflexion se portait sur la variation de matrices, de supports, d’outils, afin de constater les modifications que cela pourrait apporter à la représentation, voir les écarts, mais aussi de faire une sélection d’éléments qui pourrait être reproduit.

Pistes d’apprentissages

Suite à ces expérimentations, j’ai souhaitée aborder dans mes pistes d’apprentissages les notions:

  • de ressemblance; la découverte, prise de conscience et appropriation de la valeur expressive de l’écart dans la représentation.
  • Les différentes catégories d’images, le procédé de fabrication, leur transformation; la différence entre image à caractère artistique et image scientifique ou documentaires, l’image dessinée, peinte, photographiée, filmée, la transformation d’image existantes dans une visée poétique ou artistique.
  • Ainsi que la notion d’autonomie du geste graphique, pictural, sculptural; ses incidences sur la représentation, l’unicité de l’œuvre, son lien aux notions d’original, de copie, de multiple de série.

Avec une classe d’élève nous pourrons travailler sur la notion de ressemblance et d’écart dans le représentations pour finir sur les questions de compositions, d’organisation

Si joint, le carnet de bord complet comprenant l’intégralité de la présentation plastique personnelle, des pistes d’apprentissages, ainsi qu’un corpus artistique qui pourrait être présenté aux élèves en classe ou sur un logiciel de partage commun à la classe.

Soizic Pilon, M1 MEEF arts plastiques

Animer un paysage à partir d’images fixes sans appareil photo ?

Piste d’apprentissage : la narration visuelle

Au cours de ces séances d’expérimentations, nous avons enrichi et développé nos capacités à produire une production plastique dictée par une approche réflexive s’appuyant sur les programmes du collège et lycée et sur les notions plastiques telles que l’espace, le temps, la forme et le support. Ces séances se sont articulées autour d’un sujet plastique : le paysage. Nous avons tenté de problématiser nos expérimentations autour du questionnement de la narration visuelle présente dans le cycle 3 et 4 du programme scolaire.

A la suite de cette problématisation nous avons réalisé en trinôme un projet plastique dans le contexte d’un scénario pédagogique enseignable à une classe de 5ème. C’est alors que nous avons produit dans le cadre d’une leçon d’arts plastiques un objet (flip book) convoquant la notion de récit à travers la création d’images séquentielles réalisé à partir de la technique du photogramme.

Animer un paysage à partir d’images fixes sans appareil photo ?

Comment créer un paysage animé à travers le procédé photographique du cyanotype ou du photogramme ?

Schéma séance Flipbook:paysage

« Où que j’aille, je suis un morceau du paysage de mon pays » – Fatos Arapi (Citation du Figaro)

Sujet du questionnement autour du cycle 3 et des notions de matière, d’outil, de couleur, d’espace et de forme.

La question qu’on s’est posé pour concevoir cette séance est la suivante : « En quoi le geste, l’outil et les qualités physiques des matériaux influent-ils sur la représentation ? »

La demande posé aux élèves est : « Avec un outil unique et une seule couleur tirée au hasard, vous devrez imaginer un paysage »

L’objectif est pour l’élève de s’adapter aux imprévus. Il est capable d’accommoder son regard plastique aux différentes contraintes. Il recherche une expression personnelle.

Mathilde Bideau, Natacha François et Alison Barbey

STÉNOPÉ & CYANOTYPE

Marine GOUET, Lucie CŒURET, Léa MORVAN

En collaboration avec Maël le Golvan, nous avons eu la chance d’expérimenter par groupes le sténopé et le cyanotype, deux principes de représentation picturale. Les expérimentations ont été accrochées au milieu des œuvres de Maël dans la galerie Ec’Art.
Suite à ces séances d’expérimentations nous avons conçu une séquence basée sur le système organisationnel et didactique découvert au cours de la pratique en atelier.

Entrées du programme et Questions d’enseignements :

  • Programme du Cycle 3.
  • La narration visuelle : les compositions plastiques en deux et en trois dimensions, à des fins de récit ou de témoignage, l’organisation des images fixes et animées.
  • La mise en regard et en espace : ses modalités, ses contextes, l’exploration des présentations des productions plastiques et des œuvres.
  • L’hétérogénéité et la cohérence plastiques : Les questions de choix et de relations formelles entre constituants plastiques divers, la qualité des effets plastiques induits ; le sens produit par des techniques mixtes dans les pratiques bi-dimensionnelles et dans les fabrications en trois dimensions.
Le principe du sténopé renvoie à la notion de LUMIÈRE.
Les supports utilisés dans les expérimentations proposent une variation de matière et de couleur.
Notions : Matière, Support, Couleur.
Le geste produit avec le pinceau fait apparaître une forme.
Notions : Geste, Outils.
L’absence ou l’ajout de matière crée une forme. On ajoute un cache en papier ou on découpe le rhodoïd afin de créer un jeu de géométrie.
Notions : Forme, Outils.

« Après avoir découpé le Rhodoïd lui même en escalier pour suivre l’escalier présent sur l’image, j’ai enduit une feuille jaune du produit pour un effet sépia, puis j’ai placé mon Rhodoïd de façon à laisser un écart entre les deux Rhodoïd pour un effet d’accentuation de l’escalier déjà présent dans le paysage. »
– Lucie

« Utilisant ce même Rhodoïd, j’ai pratiqué le même procédé que le précédent mais sur un support blanc puis j’y ai ensuite ajouté des morceaux de papiers découpés afin d’y intégrer des formes voisines à l’escalier présent sur le paysage, c’est donc une mise en abyme. Le fait de découper intègre la notion d’outil et l’escalier intègre la notion de forme. »
– Lucie

L’accrochage et l’organisation picturale des expérimentations renvoient à la notion d’ESPACE.

« Un voyage de paysages » Émilie Alban Aurélie

La proposition de travailler avec Maël Le Golvan sur l’incitation « Entrez dans le paysage » a été pour nous l’occasion d’une interprétation de la pratique de l’artiste, en particulier le questionnement du photogramme, que nous avons poursuivi avec l’assemblage d’épreuves argentiques formant un panorama. Nous avons trouvé intéressant de proposer une séance aux élèves autour du dispositif du panorama, car c’est notion intrinsèque du paysage. Comment créer un panorama sans caméra !

Entrée du programme: Cycle 3, la narration visuelle: L’organisation des images fixes ; La prise en compte du spectateur: modalité de présentation afin de permettre la réception.

Questionnement: Les frises ont comme particularité de s’organiser dans leur largeur. Cela implique de la part du spectateur de déplacer son point de vue pour pouvoir contempler l’intégralité de l’œuvre. Le regard est donc mobile, il permet à la manière d’un panorama de développer une narration visuelle des images fixes.

Exemples de verbalisation avec les élèves:  » Savez-vous comment s’appelle ce type de disposition ?  » ;  » Si la frise est longue, est-ce que l’on peut la regarder en entière ? « 

A L’ORÉE ET AU DELÀ

Sujet de questionnement autour de la création d’une séance de cycle 4 en trinôme à partir des notions TEMPS & MATIÈRE.

Par quel procédé avez vous évoquez l’écoulement du temps

Quels éléments de la photos vous ont inspirez?

Quelles ont été vos difficulté avec l’utilisation de la patatogravure?

Que ce passe t’il dans ce paysage abstrait (pour une tentative de narration et de projection dans ce paysage)

Que ce passe t’il ? Quels émotions ? Quels sensations ?

Ci joint les carnets de bords individuel des productions plastiques réalisé au cours des séances de travail à l’INSPE.