Attendez la nuit, et allumez l’œuvre…

BOSSE Emma, DIVOUX Mathilde, SEGUIN Estelle

Notions abordées : Matériaux, volume, lumière, couleurs.

Questions d’apprentissage :

  • En quoi les jeux d’ombres et de lumière donnent une autre dimension ?
  • Comment associer les couleurs pour différencier les couleurs chaudes des couleurs froides ?
  • Quel geste pour quel effet ?
  • Comment utiliser l’opacité et la transparence des matériaux ?


Juste avant la nuit, allumez les lumières…
… la lumière existe même pendant la nuit.

Coupé – décollé

Par MERCIER Guillaume et GRASLAND Jean-Marie

exposition au sein de la bibliothèque de notre production finale. Elle se compose de supports multiples utilisant la déformation du papier et du plastique, agencés sur une table lumineuse.

Coupé, décollé, décaler, recoller, le papier ordinaire ne l’est plus quand on sort du couper-décoller-recoller encore et encore…

Alors venez, et changez la façon de manipuler le papier avant que ce soit lui qui vous manipule.

O Soleil !

« O Soleil ! Toi sans qui les choses Ne seraient pas ce qu’elles sont. » Edmond Rostand

Charlotte PERSONNETTAZ, Margaux JEAN, Audrey MOISSET

Notions abordées : Lumière et matière

Questions d’apprentissages :

  • Comment l’ombre et la lumière peuvent-ils être des outils permettant de créer des illusions?
  • Comment changer la perception des objets grâce à l’ombre et la lumière ?

Volume : Illusion des perceptions

LE BAIL Jeanne – LE PAIH Justine – LEFEVRE Aurélie

Absence ou présence d’un physalis ?  L’enjeu de notre production est de mettre en doute ce que l’on perçoit. Nous avons donc voulu jouer avec les volumes et les plats, les ombres et la lumière ainsi que les assemblages et la position du spectateur.

Questions d’apprentissage :

  • Comment refléter une ombre avec la lumière (ombre portée, ombre réelle) ?
  • Par quels moyens rendre compte d’une sensation de volume 3D avec des surfaces planes 2D (reliefs, jeu d’optique, illusion) ?
  • Comment garder une trace de la projection ? (Ephémère)
  • A travers (perception des formes, point de vue qui change)

SCULPT’ON PHYSA LISSE

Emmanuelle CROUGNEAU, Julien BAILLET, Océane ROULIN

Master 1 MEEF PE Groupe D1

Notions : Matière – Image

Questions d’apprentissage :
Qu’est- ce que la sculpture ?
Comment la pratique influe sur le processus de création ?
Se confronter au matériau : un référent, un matériau, des outils.
Quels outils sont les plus adaptés à ce matériau ?
Comment représenter un référent du réel par la sculpture ? Matériau de la sculpture : artificiel et branche de physalis (le référent de départ) : matériel naturel éphémère.
Comment créer un volume dans un bloc parallélépipède des points de vue que l’on a de la branche du physalis ?
Quels choix s’opèrent ? De quelle manière retranscrire le physalis selon un/des point(s) de vue(s) de notre choix ? Écart avec le réel ?
De quelle manière montrer l’évolution de la sculpture ?

Exposée à la bibliothéque universitaire de l’ESPE de Rennes

C’est à trois que nous nous sommes accordés pour exprimer un parcours visuel, tactile et sensuel du physalis… Du bloc géométrique de départ une forme, des formes sensuelles vont émerger… Parcourir du regard, dessiner… Tailler, lisser, polir, creuser, évider, pour exprimer la sensualité, la fragilité d’un instant gravé… Rendre sensible une perception, des perceptions du référent, signifie d’accepter son écart et les caractéristiques du matériau. 

A travers la pratique de la sculpture, par la pratique de la taille dans un bloc de béton cellulaire, comment exprimer une forme légère sensible, naturelle, végétale se référant au physalis, cage d’amour sensible et éphémère?..

Le concept de noyau sous différentes formes. Notions d’espace et de matière.

DUCHESNE Bruno & DANO Alexandre

                                                Fixation de la balle avec de la cire de bougie colorée.
    La « cage de fer ».
                                                Exposition dans les couloirs de l’ESPE.

Questions d’apprentissage soulevées :

Comment représenter le physalis d’une nouvelle manière ?

Comment représenter l’amour en cage ?

De quelle manière représenter un modèle avec des objets imposés ?

Je ne crois que ce que je vois ?!

FERRANT Marie,  MOREAU Salomé, POULAIN Maëlys :
lumière, espace, temps 

Comment l’image peut-elle mentir ?
En quoi l’usage de la photographie permet-il d’interroger la véracité de l’image ?
Comment piéger le spectateur ?


Physalis : quand éphémère rime avec mystère…

Lucile MAGAND – Elise MAHE – Karine LAVALLEE (M1 PE A2)

La création d’un mobile sonorisé nous a permis de travailler la notion du volume, tout en exprimant transparence, légèreté et équilibre. C’est le mystère du physalis qui a orienté notre recherche plastique et sonore, par l’utilisation de matériaux traduisant le physalis dans son état de fleur sublimée. La cohérence de l’oeuvre se trouve renforcée par l’ajout d’un univers sonore sur base de travail vocal comme un écho à la nature…

Comment retranscrire émotions et ressentis à partir du vivant ?
Comment représenter l’éphémère, la transparence, la légèreté, la fragilité et le mystère à partir du physalis ?
Représenter, est-ce reproduire ?



« Le travail de l’artiste est toujours d’approfondir le mystère. » Francis Bacon

« Cage d’amour et physalis habitable : une idée usuelle »

HAKKOU Mokhtara, GAUDIN Adrien, DESURAUNE Violette

Cohérence de projets collaboratifs en arts plastiques : le « monde des idées » de Platon

Cage d’amour et physalis habitable : une idée usuelle

 

Voulez-vous voir un physalis géant? Avez-vous jamais habitez un physalis? C’est l’occasion. Nos œuvres vont vous prendre dans un autre monde, un monde imaginaire et beau. Des belles sculptures résultantes de différents assemblages sont à découvrir.

Article

Tableau

 

 

Light painting : matérialité et immatérialité

Libérer le geste avec des cycles 2, dessiner et peindre dans l’espace, saisir l’éphémère et s’interroger sur le pouvoir de l’image…

lightpainting-materialite_immaterialite

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Magalie Hassink

Céline Sortais