Rétrospective – Arts Visuels_MEEF-CRPE_Rennes

! Ces dossiers sont consultables en ligne ou sur votre ordinateur, pour tout autre usage (que de la lecture informelle), merci par avance, de m’en informer ou d’en informer : Pascal Bertrand. ! Merci d’avance de votre compréhension et bonne lecture. Lucile. 🙂

2018-2019 – Vous retrouverez un dossier présenté à l’oral du CRPE, option Arts Visuels, sur le thème :

De la graphie à la chorégaphie en Arts Visuels.

En étudiant Edward Muybridge, Jules Etienne Marey, le code Laban… Vous apprendrez : comment une classe de CM1 s’est interrogé sur le codage du mouvement dansé ? Peut-on coder le mouvement ? Comment voir & transcrire le mouvement dansé dans le noir ?

Y sont-ils parvenus ? Allez lire le dossier, pour en savoir plus…

Etienne Jules Marey, (1830-1904)

2019-2020 – Vous retrouverez un mémoire réalisé sur l’image :

De la fabrication à la formation à l’image.

Après étude & fabrication d’une image par Sténopé, puis par grattage…Des élèves de CM2 ont appris à étudier une image. Les artistes étudiés étaient Corinne Geertsen (dont cette image Clouded est issue) et René Magritte.

Le fait de faire cela permet-il d’apprendre ? Pour en savoir plus, lisez le mémoire

Clairvoyance,1936, huile sur toile, René Magritte

Bonne lecture et belle découverte à vous toutes et tous !

Mon illustration de mémoire : De la fabrication à la formation à l’image en Arts Visuels, Lucile

! Ces dossiers sont consultables en ligne ou sur votre ordinateur, pour tout autre usage (que de la lecture informelle), merci par avance, de m’en informer ou d’en informer : Pascal Bertrand. ! Merci d’avance de votre compréhension. Lucile. 🙂

Evolution…

Soizic BERLAN, Séverine LE LABOURIER, Noélie PASTOR

« Nulle découverte n’a jamais été faite par déduction logique, aucune oeuvre d’art sans calcul, ni métier; dans l’une comme dans l’autre interviennent les jeux émotifs de l’inconscient. « 
Arthur Koestler.

Longtemps, la surconsommation à fait foi. Acheter, puis jeter.

Aujourd’hui, une remise en question de ce comportement entraîne une réflexion importante quant à nos choix. Nos responsabilités de citoyens sont engagées. Ces valeurs doivent être transmises aux générations à venir.

Au travers de notre production, nous avons souhaité démontrer qu’un objet, aussi banal qu’un jouet, pouvait être réutilisé, recyclé, détourné, transformé.

Dans notre production, « Evolution » signifie à la fois la transformation de l’objet en tant que tel, mais aussi l’évolution de l’animal préhistorique à travers les siècles et indirectement l’évolution de la société.

A travers notre choix d’apprentissage, nous souhaitons sensibiliser les élèves à cette réalité, et leur démonter qu’un objet n’a pas seulement une utilité, une vie, mais peut être réutilisé à l’infini et détourné de son objet initial.

La situation d’apprentissage proposée aux élèves sera de détourner un objet usuel de son usage initial, de le transformer afin de lui donner une nouvelle fonction, une nouvelle vie.

La nouvelle fonction de l’objet doit être complètement différente de la fonction d’origine. Les élèves devront utiliser des techniques de coupe, de collage, d’assemblage et/ou d’agrégation pour la réalisation de leur production. Ils devront en modifier les qualités physiques et esthétiques .

Les références artistiques abordées seront Chauvet et Lascaux, Firmin, Flischli et Weiss, Peter Catlesen.

http://blog.espe-bretagne.fr/blog-artsvisuel-m1m2-sb/wp-content/uploads/Tableau-détaillé-production.-1.pdf

Océan en plastique, aquarium en carton !

Marielle Porée, Maélysse Blouin, Aurélia Denis-Hervé

Venez découvrir notre aquarium, rempli de spécimens en voie de développement ! De nouveaux bébés coton-tiges sont arrivés !

Notions abordées: Espace, matière, lumière, couleur

Questions d’apprentissage:

– Comment occuper plastiquement un espace donné ?
– De quelle manière pouvons nous représenter le monde et ses enjeux ? – Comment réutiliser un objet dans une œuvre plastique ?

Objectifs pour les élèves lors d’une séance d’apprentissage:

Consigne aux élèves : Remplir une cage en créant un parcours ludique. Nous donnerons aux élèves une cage en carton par groupe de trois, préalablement découpée comme notre aquarium. L’objectif est de représenter plastiquement le réel. Les élèves devront suspendre, tendre, coller, découper à l’intérieur et l’extérieur de la production pour occuper l’espace vide dans le carton avec votre création. Nous donnerons en exemple l’utilisation d’une pelote de laine, de fil. L’objectif est de créer un parcours de jeu à l’intérieur.

La contrainte est de créer un parcours à partir de la cage et d’avoir suffisamment d’espace pour créer un chemin.

Chaque groupe teste avec une figurine (playmobil) le parcours imaginé par leurs camarades.

Références: Cage de Giacometti, Boîtes de Joseph Cornell

Moulage de la société

BEAUPERE Laetitia – BOIRAL Justine – DEBOS Elise – DELEBECQUE Jeanne

L’Humanité prête au masque moult fonctions : objet de culte notamment en Afrique, protecteur du visage en sport et dans les activités techniques et militaires, instrument de soin en médecine et de bien-être en cosmétologie, symbole festif dans la tradition carnavalesque… Le masque est un objet qui traverse les continents, les cultures et les époques. En littérature, de manière plus abstraite, le masque fait référence à l’apparence trompeuse sous laquelle un individu cache ses vrais sentiments. Sous l’Antiquité, les acteurs se produisaient portant un masque, car celui-ci permettait de représenter le plus fidèlement possible les traits de leurs personnages, il n’y avait par ailleurs pas d’actrices. Ainsi, le port du masque enraillait les spécificités des acteurs.

En cette année 2019, le masque symboliserait la norme qui empêche l’expression de la singularité de chaque individu à travers l’uniformisation de notre environnement. Démasquons la société consumériste dans laquelle nous vivons, pour certains à reculons… Afin de nous empêcher de devenir des êtres manufacturés.


Le cheval sous toutes ses formes !

BELLANGER Charlotte, CIESLIK Sabrina, COQUELIN Caroline

Questions d’enseignement : Représenter est-ce faire ressembler ? Comment détourner pour créer ?

Objectif de l’enseignant : Réfléchir à la manière dont on peut représenter un élément travaillé par l’homme sous toutes ses formes en utilisant des éléments naturels. 

Moyens offerts : tous éléments naturels (mousses, bâtons, feuilles, cailloux, …), ustensiles utiles en art (papier, toile, carton, polystyrène, argile, pâte à modeler …) et un objet fabriquer par l’homme de leur choix 

But pratique à atteindre : Comment la multiplication des représentations permet de s’approcher de la vérité d’un objet ?

Les contraintes : 

  • Associer les matériaux naturels, artificiels
  • Ne pas dessiner
  • Modifier les dimensions 

Consignes : Chercher à représenter de différentes manières l’objet choisi tout en gardant en tête l’esprit naturel. 

Références artistiques : 

  • L’art pariétal :
    L’art pariétal est l’ensemble des œuvres exécutées par les hommes de la préhistoire sur les parois des cavernes. 
  • La trahison des images de Magritte :
    René Magritte est un peintre surréaliste belge (1898 – 1967)
    Ses peintures jouent souvent sur le décalage entre un objet et sa représentation. Par exemple, un de ses tableaux les plus célèbres est une image de pipe sous laquelle figure le texte : « Ceci n’est pas une pipe » (La Trahision des images. 1928-29). Il s’agit en fait de considérer l’objet comme une réalité concrète et non pas en fonction d’un terme à la fois abstrait et arbitraire.
  • Gilbert LEGRAND :
    Auteur et illustrateur
    Né à Mantes-la-jolie en 1952, établi à Toulouse où il expose régulièrement ses objets insolites et merveilleux, Gilbert Legrand est un peintre sculpteur singulier : il aime révéler la vie secrète des petites choses. Designer de formation, il a ainsi conçu plus de 500 pièces uniques, à partir d’ustensiles, d’outils ou d’objets du quotidien qu’il métamorphose par la magie de son pinceau.

Lien programme :
– La représentation plastique et les dispositifs de présentation : Les différentes catégories d’images, leur procédés de fabrication et leur transformation.

– Les fabrications et la relation entre l’objet et l’espace : L’invention, la fabrication, les détournements, les mises en scènes de l’objet.

-La matérialité de la production plastique et la sensibilité aux constituants de l’oeuvre : Les qualités physiques des matériaux.

http://blog.espe-bretagne.fr/blog-artsvisuel-m1m2-sb/wp-content/uploads/M1-PE-S7-tableau-sur-lobjet-2019-20-1-1.pdf

Bill et le Géant – par « les Spielberg en herbe »

Antoine F. / Gwendoline B. / Jérémy E.

Nous avons tenté de donner vie à notre petit personnage en lui faisant vivre quelques péripéties au travers d’un projet numérique. Nous décidons de sortir Bill de son univers, le faire passer dans le nôtre comme l’aurait fait un Joé Pytka en 1996 avec michael Jordan et les Looney Tunes dans « Space Jam ». Enfin, l’oeuvre continue après la projection, nous avons laissé des traces. Des indices ?

Mais comment faire cela ? Il nous a fallu près de 400 photos, 4 vidéos et énormément de patience pour ce petit stop-motion. De plus, le playmobil ne parlant pas, il fallait trouver un moyen de faire comprendre les péripéties, les émotions autrement. À la manière d’un film muet, nous sommes passé  par la musique et les différents effets sonores. Le tout a été monté sur Windows Movie Maker (vidéo) et Audacity (son). Nous nous sommes demandé comment donner vie à un objet et surtout quel(s) support(s) utiliser. Evidemment, la question de l’échelle de temps, de distorsion du temps était inhérente à ce projet.

Consignes : Apporter un objet par personne et créer une oeuvre à partir de ceux-ci.

Mots clés : Photographie/vidéo ; montage ; stop-motion ; temps ; espace ; mise en abyme …

Références : Space Jam de Joé Pytka (1996), Chicken Run de Nick Park (2000), Pascal Mirande, …

Les objets choisis pour notre projet
Making off de notre production vidéo

Enfermé dans un bocal !

Julie ADAMMagali BARDOUX – Johanne CROCHET

Réalisation d’essais sur des vitres

Mots Clés : objet, image, support, surface, dessin / peinture, volume, représentation, présentation, lumière, agrandissement …

  • Objectif : Sortir du dessin, retrouver le volume de départ d’une représentation d’un objet
  • But pratique : Passer de le représentation à la présentation d’une image
  • Moyens : Un objet choisi par l’élève ou l’image d’un objet
  • Consignes : Ramener un objet chacun (3-4) et créer une histoire en les rassemblant. Présenter ou représenter cette histoire en sortant de la feuille de papier et en changeant de dimension
  • Références artistiques : Lilian BOURGEAT Mètre à ruban, 2014 ; Michel DUBOIS Arza, 2012 ; Marcel DUCHAMP Fontaine (1917)
  • Lien avec les programmes : Fabrication et relation entre l’objet et l’espace ; Ressemblance avec le monde réel : représentation plastique et dispositif de représentation ; Adapter son projet en fonction des contraintes de réalisation et de prise en compte du spectateur ; Transformation ou manipulation à des fins narratives

Père castor, raconte nous une histoire

CARRE Elodie, HAMONIC Vanille, GAUTHIER Caroline

Notions abordées :

Lors de la première séance, nous avons été amené à mettre en commun nos différents objets. Est alors venue l’idée d’essayer de créer un lien et une histoire commune permettant d’utiliser ces 3 objets. Cela nous a fait réfléchir sur la représentation des différents moments de notre histoire. Notre représentation de l’histoire étant assez similaire, la constitution de sa représentation fut relativement rapide. Puis, nous avons travaillé plus en détails sur certains éléments, avec parfois une approche différentes. Notre projet met donc en relief les notions de récit, de temporalités, et de représentation. 

Différentes notions ont donc été abordées, tel que : support, espace, temps, représentation, interprétation, geste/corps, volume, spectateur/acteur (point de vue)

Objectif et but :

L’objectif de cette séquence d’apprentissage, est d’amener les élèves à mettre en scène plastiquement un moment précis de leur production déjà écrite en amont, construire sa propre interprétation d’une histoire.

Le but est d’inventer et de raconter une histoire à l’aide de différents matériaux, partir d’objets particuliers dans la constitution de l’histoire.

Moyens utilisés :

Dans cette production, différentes matières et différents matériaux ont été utilisés, tel que : la peinture, le papier, le bois, une cagette, un support en bois, du papier journal, du lino, du papier bulle, du ruban bicolore (rouge et blanc) et du scotch.

Contraintes :

Afin d’amener les élèves à approfondir leur travail, plusieurs contraintes peuvent être amenées. On peut en effet imposer certains objets de départ, ou encore introduire un nouvel objet au milieu de la production.

Une mousse crétinement préparée

CHERE Lisa, TARDIVEL Klervi, GUEGAN Gweva

Résultat final
La production exposée à la cafétéria

– Objectif : Découvrir l’influence du mouvement sur une matière.

– But pratique : Utiliser un objet comme outil scripteur et observer les effets produits

– Moyens : Un objet (du choix de l’élève), peinture, papier kraft (ou blanc).

– Consigne : Utiliser un objet comme outil de peinture afin de donner une impression de mouvement de rapidité, de lenteur.

Notre objet est devenu un outil scripteur à part entière.

– Contrainte : Utiliser un objet du quotidien de votre choix.

– Questions posées lors de la verbalisation :

  • Pourquoi avoir choisi cet objet et lui avoir attribué ce type de mouvement ?
  • Qu’est-ce que vous avez voulu raconter dans votre production ?

– Références artistiques : Jackson Pollock – « action painting » ; Yves Klein – travaux sur la monochromie ; La grotte de Lascaux – les traces laissées par l’Homme.

Jackson Pollock : il travaille sur le mouvement
Yves Klein, travail sur la monochromie

– Liens avec le programme : Cycle 3 (cf tableau pour le détail)

“Promenons nous dans les bois”

Thomas Couvreux, Ophélie Gillet, Pauline Gazut

Notions abordées : Espace, geste (corps), matière

Notions complémentaires : recyclage, collection 

Situation de départ : A partir de jouets de notre enfance, nous voulions construire les environnements dans lesquels chaque objets pouvaient s’inscrire, se fondre.

Problématique : Dans le but de s’inscrire au plus prêt des notions de récupération et de recyclage, nous avons axé notre réflexion sur la problématique suivante : En quoi est-ce pertinent d’utiliser des matériaux de récupération ? 

Contraintes : 

  • Aucun coût de fabrication : matériaux recyclés (boîte à mouchoirs, à chaussure, branches)
  • Emplacement extérieur : matériaux résistants aux intempéries
  • Comment faire oublier la fonction originelle de l’objet dans le but de le faire rentrer dans un ensemble artistique ? (camoufler, transformer l’objet, l’associer avec d’autres objets)

Objectifs : 

  • Alimenter leur connaissance des différents procédés possibles en arts plastiques.
  • Développer le sens de l’éco-responsabilité.